Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 17:45

 

Sur les chapeaux de roue nous débutâmes 2017 alors qu’août inondait les vignes d'une chaleur peu propice à l'effort. Mais il fallait y aller et nous y courûmes. Pas seul bien sur.

Avec les wwofers.

 

Les woofers : jeunes gens, ou moins jeunes, fédérés par une association internationale (wwoof) qui se donnent comme quête de venir aider sur des fermes bio durant les périodes intenses en échange du bonheur d’être ensemble, du pain et du logis. Comme nous sommes généreux, on leur donne pas mal de bonheur et, un peu plus que du pain et parfois du vin, assez souvent même. Se greffent à nous à l'occasion quelques amis et nous voilà d'attaque pour affronter le ramassage manuel d'un an de travail.

 

Voilà la colle au complet : Les vendangeurs cueillent en colle, chantent parfois en cœur quand le raisin est abondant, quand la chaleur décroit, quand les vendanges finissent.

 

Efforts froissant les dos, maculant les mains d'un rouge lie de vin parfois entaillées par un sécateur trop vif.

 

Joyeuses conversations les matins frais, mutisme monacal les après-midi chauds pour peu que l'on ait bu au repas du midi. La verve reviendra bien plus tard lorsque les dos vrillés par l'effort constant se déplierons, lorsque le soleil descendra dans le ciel pour saluer la colle suante, collante, éreinté.

 

Nous étions nous, deux Parisiens, un Allemand, une New-yorkaise. Éclectique.

 

Le décor est posé mais je ne vais là, vous décrire par le menu, l'ambiance au quotidien car Céline ( wwofeuse Parisienne) eut la savante idée de nous filmer durant nos pérégrinations. Une weeb serie ! Neuf petits films et un bonus qui ont fait leur bonhomme de chemin sur les réseaux sociaux et intéressé un monde fou. 25 000 vues. C'est prodigieux le partage.

 

Allez ils suivent....

Repost 0
Published by cadables
commenter cet article
25 août 2017 5 25 /08 /août /2017 06:21
Domaine de Cadablès : encore et encor'.
Domaine de Cadablès : encore et encor'.
Domaine de Cadablès : encore et encor'.
Domaine de Cadablès : encore et encor'.
Domaine de Cadablès : encore et encor'.
Domaine de Cadablès : encore et encor'.

 

Troisième article d'une série paru sur un blog spécialisé sur le vin et les vignerons où nous racontons notre évolution depuis maintenant quelques années. Vous trouverez plus bas les deux premiers article " domaine de Cadablès : première génération de vignerons défricheurs" et " méthodes culturelles, méthodes culturales et tout ce qui s'ensuit... ". Bonne lecture.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

                         Nous sonnons régulièrement à cette porte jamais close pour y raconter d'an en an nos avancées, nos espoirs, nos desseins.  Pour avoir une fenêtre et vous interpeller, nous faire un peu remarquer en sautant parmi la foule, en agitant l'oriflamme de la sincérité.

 

                        Ainsi nous revoilà encore mieux campés, quoique au fond nous ne le sachions jamais, nous en doutions toujours, et puis un revers est si vite arrivé.

 

                       Animés à l'espoir, au travail Cadablès et son petit monde évolue désormais en agro-écologie vers une conversion absolu, un bio sans fard, un engagement simple, sans prétentions mais à nos yeux essentiel. Nous le mettons en œuvre, nous en parlons avec nos mots.  Nous avons ré initié sur nos terres un système de vie. Ce fut l'objet du dernier laïus ici même au sujet de vaches, de veaux, d'insectes, de vignes, de plantes et d'herbes..

 

                        La question reste toutefois en suspens : Quelle influence sur les vins ?

 

                        D'abord, c'est dire notre objectivité, les vins sont plus fins, certainement plus aboutis, plus digestes. Un supplément d’âme !  Bien que facile et passe partout l’expression nous semble pas trop galvaudé tant nous croyons nos buveurs qui trouvent un plaisir plus délicat à la boisson, nos buveurs qui nous racontent nos vins.  Cette complexité qui s'éveille parfois à qui sait y parvenir et qui s’efface souvent à qui lèche l'étiquette. Cette boisson possède un mystère curieux et renvoi souvent à son dégustateur l'image qu'il se fait de celle ci ou de lui même.

 

                       Nos enfants s'y lancent désormais de leur coté, un embryon de seconde génération qui aura moins à défricher et nous verrons ce qui l'en sort avec le temps.. Passion transmise qui chez nous devient plus calme, plus sereine, moins extériorisé mais toujours là. Finalement mieux jugulé.

 

                     Nos vins deviennent nos ambassadeurs en France, à l’étranger. Nous avons repris, plus mûrit l'écriture de notre blog pour promulguer ce bel effort.  Nous y raconterons aussi, au fil du temps ce qui nous mena au vin par des méandres qui nous échappent encore.  N'hésitez pas ! Lisez nous, nous vous raconterons de temps à autre, sans intrusions, nos pérégrinations et vous reparlerons à l'envi de notre passé insulaire.

 

                    Les doutes se dissipent parfois, corde raide de nos folies sur laquelle nous dansons les jours de fêtes et à laquelle nous nous raccrochons les jours de tempêtes.

 

                    2015 sera bon. Récemment embouteillé pour trois rouges qui racontent le chemin parcouru à l'abri du volcan.  2016 dort encore dans le chai. 2017 est sur pieds.

 

                   L'an qui vient, un de nos fils s'installe en reprenant alentour un vignoble en bio, au cheval, mais ceci fera l'objet d'autres écrits, plus tard.

 

                   Le petit monde de Cadablès face au grand monde du vin où il faut à tout instant chercher la sincérité, l'oreille attentive, le palais averti, le journaliste curieux, et le blogueur iconoclaste nous renvoi sur les routes pour sans cesse expliquer notre démarche sereine, pour y toucher le buveur final. Y expliquer sous tous les angles notre vérité, notre angle de vue si particulier.  On laissera les amateurs apprécier, les sommeliers déguster car nous avons un peu de mal pour parler de nos vins et ne voulant surtout pas devenir spécialiste de nous même. Le recul sur soi est toujours trop relatif. On fait du vin, on s'y applique afin que nos buveurs y trouvent du plaisir, afin de donner le sourire aux jolies filles, afin d'éthérer subtilement les esprits pour leur donner envie de refaire le monde, ne serais ce qu'un instant .   Nous sommes bien vu dans certain guide, par certain chefs, par de grandes écoles, par pas mal de particulier. Heureusement.

 

                 Encore et encor' nous remettrons le fer à l'enclume, l'argile sur le tour pour forger et modeler sur le terrain notre monde intérieur si précieux, si fragile, qui a le mérite d'exister car chaque soir nous le rêvons et chaque matin nous le suons.

 

                Quelques lignes jetés sur un cahier d'écolier, comme avant, et retransmise sur les ondes pour paraître moderne.  Quelques lignes pour vous rappeler notre existence, nos choix, notre engagement pour une culture vivante.

 

               A votre bon plaisir Messieurs, Dames d'un coin de terre sudiste où nos chemins à l'envers croiserons, nous l’espérons vos escapades estivales hors des sentiers trop battus.

 

Repost 0
Published by cadables
commenter cet article
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 08:16
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.

 

CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.

 

 

Il y a des questions que le commun des mortels ne se pose pas, des interrogations qui semblent réservées à d'autres plus brillants, plus perchés, passionnés par des sujets sur lesquels nous n’envisagerions pas d'occuper un seul de nos neurones.

 

Et pourtant, force est de constater que ces questions sont essentielles.

 

Qu'y a t il à 100 km sous nos pieds ? Les pieds sur terre la tête au ciel et si nous descendions en profondeur, bien en dessous des racines de la vigne, dans le terroir, au cœur des choses. Voyage bien curieux.

 

C'est l’objet d'une étude très sérieuse menée par le CNRS, à travers le projet AlpArray pour laquelle nous apportons notre modeste mais appréciée contribution. 2 m2 de terrain sis à Cadablès, une ligne électrique et des coups à boire avec les scientifiques afin qu'ils nous expliquent le pourquoi du comment.

 

Nous avons rencontré les " professeurs Tournesol" du CNRS, de Sofia Antipolis qui ont posés non loin du mas, en pleine garrigue sur les pentes odorantes du volcan une station sismologique qui renvoie à leur laboratoire des informations sur les ondes telluriques. Ceci afin de voir ce qui se passe sous les Alpes : Sous les Alpes ? Vous m'avez bien lu braves gens.

 

Explication :

 

Voilà bien longtemps, mais alors longtemps, 60 millions d'années, un océan séparait l’Europe de l’Afrique ( La Téthys). Cet océan à progressivement disparu et la tectonique des plaques, au fil du temps, à modelé nos paysages.

 

Des forces titanesques en action, à tel point que les Alpes jaillirent. Difficile à imaginer un choc de continents, long, et brutal, avec ça et là un peu de magma et des volcans...

 

Histoire fabuleuse de la géologie que des experts étudient à la recherche d'indices enfouis sous la chaîne parfois à plus de 100 km de profondeur.

 

Pour ce faire, une myriade de station, installées de Cadablès aux Carpates ou presque, en passant par la Ligurie et la Bohème, et en redescendant, en Méditerranée (des stations sous-marines, mais oui...), écoutant, auscultant, le moindre tremblement, la moindre onde afin de déterminer en croisant des centaines de milliers d’informations, comment est constituée la Terre sous les alpes.

 

Aussi incroyable donc que cela puisse paraître aux néophytes, le projet AlpArray écoute de Cadablès et depuis quelques 600 autres points dispersés dans 9 pays, les ondes sismiques qui se propagent dans le sous-sol, afin d'établir la tomographie des alpes. Les vibrations du sol, les tremblements de terre, les grondements sismiques générés de façon continue par les tempêtes océaniques émettant des ondes à travers le monde, qui voyagent sous la surface de la Terre. Une sorte d'adsl tellurique, un wi-fi souterrain. Nous voilà tous solidaires.

 

Et au bout du bout, les géophysiciens et les géologues déduisent de cet espéranto ondulatoire la nature des sous-sols afin, entre autres, d'anticiper les mouvements sur Terre et en l’occurrence, pour cette étude, ceux des Alpes.

 

 

Un boîtier bourré d’électronique est installé sous un olivier loin des passages de tracteurs et de véhicules trop vibrants, en pleine nature. Le sismomètre (capteur), enterré dans un regard d’environ un mètre de profondeur enregistre les mouvements du sol les plus imperceptibles (de l'ordre du 1000ème de millimètre) et la station disposée juste à côté envoie les signaux par d’autres ondes : celles des réseaux téléphoniques. C'est dire à quel point nous marchons autour sur la pointe des pieds, en chuchotant pour ne pas affoler les capteurs sensitifs !

 

 

Ces apartés géologiques nous remémorent notre propre histoire. Le volcan surplombant le mas est lui, âgé seulement de 750 000 ans, époque à laquelle il déversait ses laves incandescentes sur un sol déjà argilo-calcaire pour donner une complexité supplémentaire.

 

Le premier type de terres est donné par des dépôts de grès, calcaires, dolomies, argiles et éléments divers venant de l’érosion de l’antédiluvienne chaîne hercynienne . On est au début du secondaire, il y a près de 200 millions d'années, au moment où les premiers dinosaures foulaient la vase aux alentours du Salagou tout proche (Clermont l'Hérault, Lodève). Ces dépôts de mer peu profonde ont donné des sédiments oxygénés, légèrement acides, riches en Calcium, Magnésium, Silice, Aluminium, reflétant par leur diversité en éléments la variété du massif hercynien de la montagne noire.

 

C'est ensuite, et même bien longtemps après, que naquit le volcan...

 

Dans la continuité de la chaîne volcanique Auvergnate quelques petits volcans parsèment en effet le Languedoc jusqu’aux aux rivages marins. Les églises, les centres villes, les monuments témoins de la géologie locale volcanique drapent de noir au bord de l'eau nos cités balnéaires.

 

Colline plate en quelque sorte le volcan de Cadablès ( catapulte) à laissé choir sur le terrain diverses pierres volcaniques et poussières basaltiques constituants essentiels de la complexité des sols. C'est une chance, un don du ciel de cultiver à l'ombre d'un volcan.

Des millions d'années donc pour constituer un amphithéâtre dans lequel aujourd'hui un dessein appairait dans l'équilibre de la biodiversité. Défi permanent et essentiel de reconstruction paysanne quelque part sur la Terre. Nous ne sommes pas les seuls assez idéalistes pour tenter, retrouver ce qu'une génération a oublié, a laissé perdre.

 

Point ridicule, minuscule sur la carte mais existant et réel à l'abri d'un volcan et résolument tourné vers la Méditerranée.

Point de ralliement d'un clan, point d'ancrage d'idées , point de rencontre, point d'espoir, point du jour...

 

Point cardinal ?

Point un monde ?

Poings fermé !

Point à la ligne.

 

...................................

 

N.B : Merci à Jean Xavier Dessa ( sismologue au CNRS) de sa collaboration pour l’écriture de cet article.

Repost 0
Published by cadables
commenter cet article
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 16:36
 Domaine de Cadablès : Le Savoir faire et le faire Savoir.
 Domaine de Cadablès : Le Savoir faire et le faire Savoir.
 Domaine de Cadablès : Le Savoir faire et le faire Savoir.
 Domaine de Cadablès : Le Savoir faire et le faire Savoir.
 Domaine de Cadablès : Le Savoir faire et le faire Savoir.
 Domaine de Cadablès : Le Savoir faire et le faire Savoir.

                       Domaine de Cadablès : Le Savoir faire et le faire Savoir.

 

En forme de jeu de mot cette formule bien connu et un dilemme pour nous, vignerons, qui vivons de fait à l'écart des grands axes. De notre campagne où nous nous évertuons à produire fin, à produire bon, à produire respectueux, à produire sain.

 

Des années de travail, d'interrogations, de doutes, de joies immense. Ce métier en forme de grand écart émotionnel remplit l’Âme au quotidien tant on y est investit Un rythme de vie, une quête de sens vers l’intérieur.

 

Et pourtant il faut s’extérioriser. Allez vers vous, vers le consommateur, vers l'épicurien, l’hédoniste. Venir vous parler de nos absolus. Trouver les mots, trouver les oreilles pour être entendu. On s'y attise depuis maintenant 7 ans, souvent avec succès, parfois par des chemins tortueux où l'on rencontre aussi des marchands du temple peu enclin à nous soutenir dans nos aventures vigneronnes. On trouve le plus souvent par les routes, par les visiteurs ici, à Cadablès, un écho très positif à notre travail. Des gens formidables, chaleureux, sensibles à nos accords majeurs. C'est rassurant et enthousiasmant.

 

Depuis nos débuts nous communiquons notre existence. Nous avons du succès, commençons à avoir une réputation, voir une ''aura''. Nos clients se fidélisent et sentent bien la vérité qui nous anime à travers nos vins qui parlent de Languedoc, d'engagement, de sincérité.

Et ainsi, nous en sommes venus de temps à autre à parler sur notre blog de nos pérégrinations. Nous le faisions souvent à la sauvette, entre la cave, les vignes et les voyages. Toujours pris dans ce ballet ininterrompu du quotidien paysan.

 

Dans un premier temps des amis, ensuite des clients et, désormais des inconnus se sont intéressés à nos écrits et ont même insisté afin que l'on en fasse plus. Nous qui pensions éveiller un intérêt relatif , nous voilà, en quelque sorte, adoubé par nos lecteurs nous demandant de leur raconter notre quotidien paysan, la terre, le ciel, les vignes . De leur parler de nos humeurs à travers nos chroniques et, de leur définir à travers le lexique vigneron, qui s'enrichira au fil du temps, le langage à la fois authentique, haut en couleur et technique que nous employons dans notre métier.

 

Nous allons vous raconter notre aventure vigneronne plus avant en nous y collant plus sérieusement.

 

Pour cela nous avons remanié notre blog et vous invitons à le découvrir en espérant que vous aussi, vous prendrez un certain plaisir à la rencontre de cadablès et de son petit monde. Si cela vous sied vous pouvez même vous y abonner, si cela vous charme en parler autour de vous.

 

Le savoir faire acquis depuis 2004, et le faire savoir pour que perdure sous nos cieux une agriculture respectueuse de la terre et de l'humain qui la pratique dans l’éthique, la passion et la détermination.

 

Bien à vous tous et merci à chacun de nous permettre de le faire savoir car c'est juste essentiel.

 

Christine et Bernard Isarn vignerons indépendants Domaine de Cadablès

34 – Gabian - Languedoc

 

                          http://domaine-de-cadables.over-blog.fr/

Repost 0
Published by cadables
commenter cet article
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 05:49
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.

Aujourd’hui, mieux campés sur nos terres, nous nous sommes ouverts à la culture car le vin est un esprit et l’entourer de beau est essentiel. La soirée d’opéra sous la lune, les amis corses venus chanter ici, les vendanges nocturnes au piano ou à l’orgue de barbarie, les concerts d’été ne nous ont pas fait oublier l’aspect cultural de la chose.

 

Métier éclectique : culturel et cultural. C’est en observant, en reniflant, en touchant qu’une évidence nous ait apparu. Travailler naturellement, aider, souligner, renforcer l’équilibre existant afin de laisser vivre le système pour qu’il nous délivre le meilleur.

Des raisins à l’état optimum, au paroxysme de leur forme, à la maturité complexe, à l’équilibre satisfaisant pour donner des vins fins, des vins différents, peut- être plus profonds, plus digestes, dès vins qui vous apportent un supplément d’âme, un « je ne sais quoi » de différent comme une étincelle de folie dans un monde technologique, standardisé. Une tache rouge dans le gris ambiant. Une tache rouge indélébile.

 

Le Domaine de Cadablès, sis sur un volcan, est principalement composé de terrasses qui s’étagent plein sud, surplombant la plaine. Au pied, le mas traditionnel abrite le chai. Vingt- cinq hectares de bois, de landes, de friches, de champs dont sept de vignes que nous cultivons dans le respect de l’environnement. Depuis longtemps nous travaillons en bio. Depuis cette année nous nous engageons vers un label reconnu, ainsi avons-nous préféré nous « purifier avant de rentrer dans l’église ». Et puis il nous fallait du temps pour absorber, pour ingérer tout ce système administratif et légal si complexe et retors qui use plus qu’on ne le croit. Qui empêche, qui surveille, qui scrute, qui tranche, qui inspecte, qui juge, qui interdit, qui désespère… Mais fi des paperasses, revenons à nos cultures.


 

Très vite, nous nous sommes penchés sur le concept d’agro- écologie, l’intégration de la vigne dans un ensemble afin de trouver une cohérence. Les vignes ceintes de nos terres, nos landes, nos bois poussent dans un espace protégé où nous avons banni tout intrant chimique en utilisant uniquement des traitements et des amendements autorisés en agriculture biologique.


 

C’est avant tout un ensemble que nous gérons et nous favorisons la bio-diversité en plantant de nouvelles essences, en gardant les haies, et, en éradiquant, mécaniquement, la mauvaise herbe uniquement où cela est nécessaire car on le sait, chaque essence favorise une vie intrinsèque qui équilibre le tout. Friches fleurie, eucalyptus, bientôt des fruitiers donnent une allure plus poétique à la chose et le regard au quotidien n’en est que plus flatté. Dans le fond des dizaines de plantes croissent sur la colline. Sauvages ou cultivée elles apportent au paysage senteur, équilibre et beauté… Les points d’eau aménagés ou naturels, rappellent que sous le volcan la nappe phréatique est bien là. Richesse sudiste absolue l’eau du calcaire rejaillit en des endroits secrets où les soirs d’été les croassements font écho aux hululements. Oiseaux, insectes improbables, venus d’on ne sait où, comme preuve tangible d’un équilibre sauvegardé.


 


 

Le sol : phénomène complexe vivant - pour peu que l’on ne l’ait pas tué – est rempli d’une vie incroyable de micro-organisme, de vers, de bactéries mieux décrite que je ne le fait par des scientifiques bien renseignés sur le sujet… Nous, c’est à la fois à l’instinct, à l’atavisme, en écoutant, en questionnant, en lisant, en étudiant que l’on comprend comment améliorer cette usine à vie, comment réinsuffler cette énergie vitale pour une vigne les pieds sur terre. Retrouver finalement une culture oubliée par une ou deux générations de chimistes inconditionnels. La chance a sourît aux débutants que nous étions, lorsque nous avons acheté Cadablès en 2004, les vignes étaient plus ou moins à l’abandon car l’ancien propriétaire préférait les joies de la bohème à celle du travail et avait toujours cultivé de manière plus ou moins sensible à l’environnement.


 

Ce merveilleux métier est école de patience. Un laisser venir pas un laisser-aller. On observe, on se questionne et les hasards, pourvoyeurs de bonheur, nous font rencontrer une foultitude d'humain sympathique aux d'idées iconoclastes. Pierre, notre fils, vient d'installer, avec  l'aide de ses fréres un troupeau de vaches qui paît l’hiver dans les vignes (tondeuse à l’avant épandeur de fumier à l’arrière) et l’été dans les champs. C’est aussi dans l’humain que l’on avance au quotidien, pas à pas, en confiance.


 

Les vaches, les veaux d’un côté, l’âne et les juments de l’autre, les volailles au milieu donnent au tableau une idée de nature vivante. Entretien animal de nos vignes. Il ne manquerait que des moutons et un berger dans le secteur proche. Il y a un potentiel terrible et nous nous chargerions, si tant est qu’un candidat surgisse, de convaincre les édiles panurgiques d’aller dans ce sens. Le sens du positif, le sens de la vie, le sens de l’évidence. Dussions nous allégrement leur mettre la pression L’idée est lancée : avis aux amateurs…


 

C’est avec l’ami Pierre et l'ami Alain, compagnons fidèles, que nous avons rajouté les abeilles. Férus d’apiculture et initiateurs, il nous ont installé quelques ruches pollinisatrices au-dessus du nouveau « terret ». Leurs visites donnent lieu à des initiations apicoles, à des échanges fructueux sur l’équilibre global, à des dégustations grisantes où l’on revisite l’agriculture version paysanne, environnementale, humaniste, amicale et joyeuse. Le sens de l’humain au travail, le sens de l’intelligence de la main… Et Dieu sait si l’ami Pierre et l'ami alain s’y entendent.


 

L’ami Jean Louis, dit « l’expert Fouzilhon », jamais très loin, science paysanne locale, toujours debout, nous apporte en dehors de sa joie de vivre, de ses expressions occitanes, une véritable expertise empirique héritée de tant d’année à côtoyer le paysage.


 

Et le clan ? Au plus proche de l’aventure, nos enfants et leurs compagnes si soudés, si solidaires. Quatorze mains assidues toujours promptes à aider, à soutenir. Sept têtes en réflexion. Sept caractères en action pour le dessein global. Enguirlandages récurrents à l’aune de nos feux intérieurs rééquilibrés par l’immense bonheur d’être ensemble pour une cause commune.


 

L’agro écologie commence ici par les gens, les amis, les copains car faute de moyens financiers débordants nous nous sommes toujours tournés vers des richesses parallèles. Chacun vient ici donner, puiser et repart vers sa vie, puis repasse à son gré faire une bise, un salut, prendre des nouvelles. Cadablès, comme une ile, un foyer bien ardant. Le partage, l’entraide, le soutien, le conseil comme antidépresseur systématique.


 

Trombinoscope non exhaustif de notre petit monde créé sur mesure. Pour dire, il y a aussi des Parisiens, un Québécois qui use de sa faconde pour nous commercialiser à « la capitale « et des Suisses, et des Belges, même un Ricain et j’en passe… Le spectre est large. La galerie Cadablésienne s’enrichit chaque année de nouveau membre qui apporte au système, qui y puise aussi à l’instar de nos wwoffers venus de partout.


 

Les quelques têtes décrites ici ne sont qu’une partie d’un ensemble. La partie culturale. Peut-être devrais-je vous présenter aussi la partie des amis artistes plus éthérés venus maintes fois nous encourager dans nos pérégrinations. Mais pour l’heure nous parlons agro écologie, de façon culturale. Il va falloir aussi, un jour ou l’autre, que le Grand Manu, ami et soutien historique inconditionnel de nos balbutiements viniques, nous forme à l’alchimie de la bio-dynamie. Cela viendra peut-être via nos enfants… Cette entreprise : c’est une vie, me disait dernièrement Christophe, collègue châtelain.


 

Devant le temps qui court sans cesse nous mettons en place à Cadablès un système durable et produisons essentiellement du vin in situ. Un peu d’huile d’olive, un potager, des œufs, des volailles destinés seulement à notre consommation…


 

L’aspect cultural dans le but de produire du bon. C’est toujours difficile de dire que ses vins sont bons, on a du mal. C’est un peu comme ses enfants. Une pudeur s’installe lorsqu’on est tant engagé. C’est les autres qui en parlent le mieux. On ne fait que répéter leur avis. Etudiés depuis cette année à l’école hôtelière de Lausanne, adoubés par des chefs de talent, par de grands guides, exportés outre atlantique et en Europe, nos vins nous racontent la satisfaction de leurs buveurs.


 

Nos événements au Domaine nous font rencontrer tout ce monde. Echanges prolixes qui redonnent sans cesse la foi, qui recentre la voie. En définitive il y a toujours au bout du bout un quidam qui boit un verre et y prend du plaisir ou pas. C’est le sens de notre métier : donner du plaisir aux gens et pour cela il faut en prendre en fabriquant. C’est chose faite. Dans le respect, l’éthique, l’humain mais aussi, en prenant tous les « chemins à l’envers ».


 

Tout naturellement…


 

Bavardages incessants de vignerons enflammés capables d’user et d’abuser de la liberté que nous donne ce blog.

Concluons prosaïques : si l'envie de nous visiter vous taraude, n'hésitez pas, appelez, on vend du vin, ça tombe bien...

Repost 0
Published by cadables
commenter cet article
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 17:52

                                             Entre nuit et jour nous avons commencé par le rosé sans transiger à la tradition : en musique. Cette année ce fut l'ami fredouille venu nous acoquiner avec son orgue de barbarie pour des instants fragiles et émouvants. Tous reprenant en cœur les vieux morceaux pour accueillir le 2015 qui aujourd'hui frémit dans la cuve.

                                            Instant de poésie, de plénitude, d'amitié en cette fin de nuit entre ombre et lumière en Languedoc, à Cadablès.

                                           Nadine au photomaton, Camille à la pellicule, les copains aux sécateurs pour finir autour d'une table joyeuse lorsque le soleil montait au zénith....

                                           Bientôt la suite des événements avec les rouges. Comment ne pas perdre la tête devant...

                                          Mille merci à tous d’être là, simple et joyeux pour aider à faire perdurer une certaine conception du vin.

 

 

 

 

Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Repost 0
Published by cadables
commenter cet article
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 05:36

Interrogé dans un bar parisien par un ami journaliste urbain sur l'épineux sujet des traitements phyto pharmaceutiques je ne savais par quel bout prendre le problème. D'autant que la question venait, certes d'un pro, mais peu expert en agriculture, en tout cas curieux et apte à un certain recul.

Tient, je vais prendre les chemins à l'envers pour lui raconter..

 

L'autre matin j'étais en tracteur. Le rythme lent et la redondance du moteur sont propice à la reflexion. Il faut toutefois prendre garde à ne pas partir trop loin. Attirré par une cigale qui vint heurter mon nez et qui rebondit dans l'habitacle faisant office de cabine de mon vieux tracteur, mon attention fut attiré par une fourmi sur le marche pied, tandis qu'un papillon, au dehors, voletait autour d'un lentisque. Et puis j'imaginais tout ce que je ne vois pas, grouillant de vie du sol au plafond.

La biodiversité : ce doit etre cela, elle est là. On la voit, on la hume. L’environnement est vivant. Fourmillement, vrombissement, organisation millénaire.

Tient des abeilles.

 

A force d'entétemment répétés, nous avons voulut à Cadablès améliorer la biodiversité existante sur ce site unique dans l'idée d'y vivre, d'y produire du vin qualitatif, et en substance une partie de notre alimentation. Et, comme préalable, encourager la vie dans le respect de la chose. Améliorer l'ensemble peut il permettre de faire des vins meilleurs ? Nous le pensons,. Nous avons sur le sujet un peu lu, vu, entendu, échangé. A voir, en tout cas enthousiasmant comme un défi.

Plusieurs initiatives sont mises en place. Assez empirique dans le fond. De l’observation, de la bonne logique de terroir. Nous ne serons pas ici exhaustif d'autant que les idées naissent le long du chemin.

Revenons à nos moutons. Non atteint de panurgisme l'ami se demandait l'impact des traitement chimiques. La réponse fusa : molécules de synthèses agressent, déséquilibrent, stérilisent un environnement mis sous perfusion. Nous refusons et préférons la solution plus " douce" : souffre et sulfate de tradition.

Des animaux réintégrés l'été dans les champs, l'hiver dans les vignes. Vaches Jersiaises, chevaux, ânes, poules , oies.

Tient cela me rappelle une histoire qui finit mal. On la réécrira au besoin.

 

Des végétaux plantés ici ou là, des haies conservés, et la mauvaise graine parfois entretenu. Des points d'eau, des abeilles.

On y croise au hasard des balades lapins, faisans, lézard vert, sanglier tôt les matins d'été, coccinelles, lombrics, et tout une foultitude de vie en mouvement.

Au printemps l'herbe coupé sous les pieds avec pioche, débroussailleuse en attendant des outils plus performants est un engagement.

Méthode douce décrite avec nos mots. Des récoltes très modérées. La vie est là prés des points d'eau, dans les sols, sur la terre, dans le ciel. Dans le fond tout est simple, on l'oubli, souvent, trop souvent.

L'espoir renaît d'une agriculture respectueuse, humaniste. On y travaille à notre niveau. La question est complexe car l'homme est divers. On y répond par nos initiatives qu'en infime partie.

Le visiteur apprécie semble t il, il faut venir vers nous. C'est un esprit.

Ais je répondu à la question si complexe de mon ami ? Je ne sais pas ? Il suivra les quelques pistes que je lui ai donné, il en interrogera d'autres avec, forcement, des avis divergeant et il se fera son idée sur le papier. Nous, notre vocation c'est terrien. Terriens engagés.

Tient un colibri. Pas mal.

Cigales, fourmis et papillons...
Repost 0
Published by cadables
commenter cet article
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 05:54
TF 1 à Cadablès...

Comment naît une idée ? Mystère...

En tout cas celle la je m'en souviens. Nous étions l'an dernier occupés à vendanger les rosés par un temps gris et frais et , Pierre souligna l'importance de la fraîcheur des raisins quant à la qualité du rosé final.

Et là , je rebondit : L'an prochain on les vendanges de nuit à la frontale. Le ban des vendanges, de nuit, entre amis, à la lampe pour un rosé sublimé...

Et puis un soir, quelques temps après, j'évoque cela avec Jérôme ( pianiste vagabond du Théâtre de Pierre de Fouzilhon et ami de surcroît) autour d un verre et il me propose de venir animer la séance avec son piano voyageur.

On se marre comme d'hab et puis on laisse vogué l'imagination. On conçoit le décor, on imagine l'ambiance, les copains, on fait le menu du pique nique, on parle Chopin, Mozart, chopine...

ET SI L'ON FAISAIT VENIR LA TÉLÉ !!! LA TÉLÉ ? ALLEZ SOYONS FOU

Et ils sont venus , TF1 . Pas moins. Voici ce qu'il en sort... Une approche poétique de l’existence parfois même du travail. Merci à tous les participants de s’être extrait de la moiteur des draps pour venir vivre un moment de douceur dans les vignes de Cadablès et merci à TF 1 de l'avoir promulgué à travers les ondes ..

Vous n'avez plus qu'a suivre le lien ci dessous et vous laissez emporter :

 

Repost 0
Published by cadables
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 08:11

Le regard porté par les autres sur notre aventure viticole est toujours rempli d’intérêt car la subjectivité est différente . C'est ainsi que la presse locale n'ayant pu retransmettre dans ces colonnes par faute de place l'exhaustivité de ses sentiments, de ses impressions je vous les livrent tout de go accompagnés de quelques images de notre soirée opéra du 8 juin dernier. Et puis, à vrai dire j'ai bien envie , que dans le futur , vous veniez à notre rencontre afin que l'on vous parle du Pays, de nos horizons...

_____________________________________________________________

Une invitation à venir découvrir une aventure viticole à deux pas de Béziers pour une soirée opéra au Domaine de Cadablès. Ce nom ne nous était pas inconnu et l'initiative nous a paru singulière. Nous voilà partis...

La route qui y mène, un peu secrète, serpente à travers les vignes et nous découvrons un paysage surprenant, bucolique, protégé, presque enivrant. Nous sommes à peine à 20 minutes de la ville entre les villages de Gabian et Fouzilhon et l'histoire se confond à la géographie. Entrée en matière très satisfaisante, un air de chanson dans la tête.

Le domaine sur les pentes du volcan de Cadablès apparaît comme un lieu idéal dédié au vin, à l'hédonisme et à la culture. Nous sommes reçus avec un sourire radieux et l'on nous montre la battisse ancienne rénovée récemment.

Nous nous retrouvons rapidement autour d'un verre pour une dégustation des vins de nos hôtes devant la fontaine entourés d'un sympathique public venue nombreux découvrir le domaine dont les vins viennent d 'être notés dernièrement par le guide Parkers.

Christine et Bernard nous narrent les chemins qu'ils ont du emprunter afin de faire aboutir leur idéal de vie. De la rénovation du mas à la restructuration des veilles vignes en passant par la commercialisation des vins qu'implique un tel projet. On le sent à plein nez : on est sur du terroir! Le « chemin à l'envers », vin rouge produit ici, nous laisse entrevoir une part du mystère et l'on y retrouve le goût de l'authenticité, de leur vérité. Du reste, cette cuvée, exportée aux États Unis notamment, leur donne l'envie d'aller plus loin encore. Une histoire en Languedoc résumée par des vins étonnants sur les trois couleurs.

Après cette mise en bouche, nous rejoignons la table dans un cadre aux vues exceptionnelles. La magie opère et ce n'est qu'un début. Quelque chose se passe. Nous sommes chez des artistes qui ont osé une nouvelle vie.

En point d'orgue est prévu un concert d'opéra dans le cour du Domaine. On nous invite à la rejoindre.

Le piano rouge disposé au centre de la scène mis savamment en valeur par un éclairage discret est une promesse.

Bernard nous présente succinctement Cadablès, nous parle de ses rencontres, de la renaissance du lieu, nous annonce les musiciens qui quelques minutes après rentrent en scène. Un pianiste et trois chanteurs lyriques. Dés les premières note le public, étonné par autant de maitrise, de charme, de sensibilité, de qualités musicale a salué la prestation et les applaudissement ont ricoché dans la campagne environnante sous l'œil bienveillant de la lune. Les chaises en arc de cercles autour des chanteurs sous le micocoulier permettent une proximité attentive.

Les airs de Mozart, Donizatti, Offenbach, Rossini, Bizet, Gounod ont surprit un public enthousiasmé par la magie du spectacle et du lieu. Le concert clôturé par une salve d 'applaudissements et un rappel debout des convives sous le charme d'un tel moment d'émotion et de virtuosité.

La vie renait à Cadablès, Christine et Bernard Isarn prévoient durant tout l'été des événements afin de faire découvrir leurs vins. En visitant leur blog et leur site, vous trouverez plus d'informations.

Vous pouvez bien sur leur rendre visite en dehors des événements en prenant rendez vous. Ils vous parlerons de la passion qui les anime, de leur Languedoc intérieur et vous découvrirez leurs vin.

C'est une évidence, il faut les rencontrer et goûter à leur douce différence, à leur douce alchimie. Ici la vie reprends, la nature exulte, l'humain est ce qu'il n'aurait jamais dû cessé d'être... comme un miracle, une promesse.

Et, vive le Languedoc.

Christine et Bernard Isarn vignerons indépendants Domaine de Cadablès

34 320 Gabian

04 67 24 76 07 06 66 99 67 78

http://www.cadables.com/

soirée opéra domaine de Cadablès
soirée opéra domaine de Cadablès
soirée opéra domaine de Cadablès
soirée opéra domaine de Cadablès
soirée opéra domaine de Cadablès
soirée opéra domaine de Cadablès
soirée opéra domaine de Cadablès
soirée opéra domaine de Cadablès
soirée opéra domaine de Cadablès
soirée opéra domaine de Cadablès

soirée opéra domaine de Cadablès

soirée opéra Domaine de Cadablès
soirée opéra Domaine de Cadablès
soirée opéra Domaine de Cadablès
soirée opéra Domaine de Cadablès
soirée opéra Domaine de Cadablès
soirée opéra Domaine de Cadablès

soirée opéra Domaine de Cadablès

Repost 0
Published by cadables
commenter cet article
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 09:51

              

 

                http://www.cadables.com/

 

 

  

OPÉRA AU DOMAINE DE CADABLÉS
Repost 0
Published by cadables
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Domaine de Cadablès vigneron indépendant
  • Le blog de Domaine de Cadablès vigneron indépendant
  • : vigneron indépendant en Languedoc nous vous présentons ici notre Domaine et nos activités. Vins, vigne, maison de charme dans Domaine viticole ( location estivale).
  • Contact

Recherche

Liens