Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2022 5 28 /10 /octobre /2022 07:10
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.
Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple.

 

Je ne suis pas dupe. Tout n'est pas dû, tout ne nous est pas dû.

Mais enfin !

Quand je vois les jours s'ajouter aux jours et le temps défiler, le temps s'enfuir et que chaque journée éreintés, de longues heures à transporter, à charger, à planter, à biner, à prévoir, à gérer, que sais-je ? Je trouve insupportable le manque de réciprocité de nos sociétés envers l'engeance paysanne. Peut être deviens-je paranoïaque à ne regarder que dans un axe ? Le paysan, l'exploitant, l'exploité, tel qu'il fût, tel qu'il est, sur un tracteur à cent mille, aux culs de ses vaches, à sarcler en bio, à s'époumoner en raisonné, à s'échiner en conventionnel. Le paysan en bas de l'échelle de nos sociétés boulimiques de progrès , ne reçoit-il pas en dégringolade l'inconsideration tombée du dessus des barreaux.

 

Nos sociétés de consommation si flattées qu'elles se prirent pour dieu à tel point de négliger leurs devoirs envers leurs nourrisseurs. Leur devoir envers un passé où les paysans ont créé sans moyens en décidant de mettre en avant la nature qui vrombissait au fond d'eux mêmes, oubliant leurs égoïsmes, ouvrant leurs portes aux quatre vents, prenant les risques de la faillite économique à tous les tournants de la route sinueuse qu'ils avaient alors empruntée.

 

Notre histoire rurale est jonchée de patrimoine vivant, de subtilités, de qualités et d'inventions séculaires qui forgent notre spécificité. Chacun de nos terroirs vendus de nos jours à la foire à l'encan où les marchands du temple s'en donnent à cœur joie sans empathie envers les nourrisseurs.

 

C'est important un nourrisseur ! le paysan demeure la dernière roue de la charrette épongé par le sacro-saint marché pourvoyeur de marges pour ceux qui ont pris le pouvoir économique à grand renfort de subtilités publicitaires. En poussant le caddie , la ménagère remplit plus les poches du distributeur - qui s'appuie sur le monde idéalisé et photoshopé du terroir - que celle du bouseux. Se servir sans vergogne et sans législation d'une image sculptée à grand coup de sueur, de génération en génération , devient le comble du sans gêne, du cynisme dévergondé. Allez messieurs, ont le sait bien que nos régions ont du talent, que nos terroirs que vous arpentez en laissant vos costumes cravates aux vestiaires de la manipulation vous intéressent car ils rassurent le quidam qu'il vous faut éponger discrètement. Dans le fond je m'exclus un peu de ces propos car nous ici avons pris des chemins détournés afin de pérenniser notre ouvrage, en tout cas de nager le moins possible dans l'aquarium de ces désillusions. Ce fût embroussaillé, chronophage et anxiogène. Le vin par sa résonance culturelle a un statut particulier, presque aristocratique et plus prosaïquement se conserve et s'embellit en cuve alors que le lait, la viande, les poissons, les légumes se répandent instamment en putréfaction ...

 

Par ci, par là certains courants contraires émergent suivis par une foule de consommateurs, de professionnels consciencieux et engagés , alors que d'autres nous font croire en leurs vertus en tartinant de vert les bidons de glyphosate pour les rendre moins voyants. Le local, le bio reprennent -soutenus par ce courant- du poil de la bête et les utopistes d'hier sont en passe de devenir les bienfaiteurs de demain. Des courants contraires essaient aussi de les ridiculiser, les discréditer mais le covid a fait changer un temps les ploucs de camp.

 

Et dès que l'on prend les routes - ce qui est souvent notre cas - pour aller prêcher une agriculture biologique et durable à la rencontre des gens, on en croise de tout poil. Des très férus , l'oreille attentive, l’œil pétillant et des qui surfent sur la vague le sourire carnassier et l'arrière pensée mercantile. A nous de trier les bons grains de l'ivraie dès lors que l'on change de casquette pour devenir le représentant de sa propre production où parfois pataud, devant des beaux messieurs à la contenance réfléchie, certains se laisseraient déborder par leur propre émotion en se recroquevillant pour accepter l’inacceptable.

 

Le paysan bio et local en général revient à la mode dans nos sociétés en manque de respiration. C'est une belle et bonne chose mais le problème bien plus global devrait atteindre les consciences et les actions de nos décisionnaires pour qu'ils dévissent leur calculette cérébrale de rentabilité immédiate et deviennent un minimum empathiques faute de devenir charismatiques.

 

Car le producteur n'est pas seulement le marchand de sa production, c'est factuel. Evidemment !

 

A l'origine, notre rôle de paysan bio ou pas d'ailleurs, est de produire en préservant la biodiversité de nos sols, de nos environnements. Laisser le minimum d'emprunte tout en produisant et en nourrissant une société qui ne le rend pas forcément en préservant la pérennité de l'ouvrage. Mais c'est qu'il faut bien se nourrir braves gens et chez certains, et chez beaucoup répondre à ce besoin est devenu un budget. Un budget limité au plus simple appareil pour laisser une plus grande place à la mégalomanie téléphonique, aux vêtements ostentatoires, aux autos rutilentes ou aux loisirs mondialisés. On ne mange plus, on se nourrit et ceci sans recul sur la qualité de ce que nous ingurgitons, sans recul sur notre interdépendance à la sève de la vie, sans réflexion sur notre immunité, comme un réservoir que nous remplierions sans s'inquiéter de l'usure des bielles et des roulements.

 

Au delà de la qualité intrinsèque de l'aliment produit le paysan se doit à l'entretien de la biodiversité, de la géographie du paysage, de la topologie de son espace. Le paysan ? Mais combien en reste t-il au fond, perdus dans la masse des exploitants agricoles gérant leurs terres comme des business-men , leurs rapports à la société  comme des politiques et  leurs subventions comme des placements. Smicards désespérés d'un système, esclaves de leur passion originelle ils entretiennent pour la plupart un paradigme qui les a longtemps flatté mais qui désormais les broient, les usent, les asservirent parfois jusqu'à la mort. Et comment demander à ces hommes, ces femmes d'enchaîner un effort supplémentaire avec les promesses factices d'un marché toujours à la baisse ne les considérant plus. Le marché est devenu l'addition des inconsciences, des vouloirs, des avarices, des cupidités de ces acteurs usant de stratagèmes machiavéliques pour arriver à assouvir leurs avidités et écraser les autres. Sur cet espace plus d'harmonie !

 

La fin inéluctable de la surconsommation fera peut-être boomerang en rapprochant les uns, les autres et la ruralité sentinelle des changements climatiques devra s'adapter aux défis sans pour autant perdre son âme, sans oublier sa vocation.

 

Le monde paysan capable d'abnégation, de générosité a la résilience usée aux promesses non tenues d'une société qui le relègue, malgré les bienveillances de façade, à la portion congrue alors qu'il a tant à nous donner. Pour peu que quelques "écolos-bobos-démagos-politicos-urbanos-climatos-lobos-latêteàtoto" lui prenne ses ancestraux loisirs, ses us, sa façon d’être, ses traditions, son âme pour s'en faire un porte-voix électoral et mercantile et laisser choir cette culture immatérielle aux oubliettes, la messe sera dite...

 

Faites vivre vos paysans, ils vous le rendront au centuple car leurs racines vous donneront des ailes.

Partager cet article

Repost0
31 août 2022 3 31 /08 /août /2022 17:35
Crédit photo : Serge Bonnet, Sy cotes de Thongues, Christine Isarn
Crédit photo : Serge Bonnet, Sy cotes de Thongues, Christine Isarn
Crédit photo : Serge Bonnet, Sy cotes de Thongues, Christine Isarn
Crédit photo : Serge Bonnet, Sy cotes de Thongues, Christine Isarn
Crédit photo : Serge Bonnet, Sy cotes de Thongues, Christine Isarn
Crédit photo : Serge Bonnet, Sy cotes de Thongues, Christine Isarn
Crédit photo : Serge Bonnet, Sy cotes de Thongues, Christine Isarn
Crédit photo : Serge Bonnet, Sy cotes de Thongues, Christine Isarn
Crédit photo : Serge Bonnet, Sy cotes de Thongues, Christine Isarn
Crédit photo : Serge Bonnet, Sy cotes de Thongues, Christine Isarn
Crédit photo : Serge Bonnet, Sy cotes de Thongues, Christine Isarn
Crédit photo : Serge Bonnet, Sy cotes de Thongues, Christine Isarn
Crédit photo : Serge Bonnet, Sy cotes de Thongues, Christine Isarn

Crédit photo : Serge Bonnet, Sy cotes de Thongues, Christine Isarn

 

 

 

A la campagne l'un des sujets favoris est le climat. La pluie, le beau temps, le temps  qu’il fait, le temps qui passe, les bonheurs oubliés, les malheurs à venir.

Et vas-y que je t'en remets  une couche sur le sujet, ne sachant que dire quand, au hasard d'une boutique  on croise un quidam de sa connaissance. En dehors de la chasse dont on ne parle qu'entre initiés, des décisions du conseil municipal mais uniquement pour les critiquer, des potins et des ragots pour ridiculiser les uns et se sentir supérieur à soi même, les sujets que l'on évite consciencieusement, le climat reste le sujet roi, consensuel par excellence.


On parle du soleil par intensité, de la pluie en millimètres ou en litres ( un millimètre d'eau tombé au mètre  carré correspond à un litre sur cette même surface ) des ciels noirs annonciateurs de grêle, de la déferlante des nuages, du temps qui est devenu ''cabourd'' (expression locale pour signifier la folie irrécupérable ) ou de la douceur anormale que l'on paiera au  centuple un  jour ou l'autre. Sorte de banalités quotidiennes, d'urbanité publique, de bienséance rurale qui donne le temps à certains de cerner l'ennemi .


En tout cas pour l'instant car les choses pourraient changer radicalement, à ce point que le sujet roi se verrait tout bonnement transformé en tabou. Tabou dont on tait l'existence, dont on évite le regard, changeant de trottoir pour éviter la discussion, à fuir  comme la peste de peur qu'il soit contagieux. Le sujet qu’on a peur d'aborder sous un réverbère blafard un soir de compromission, la conversation qui fait glisser les regards vers les pieds tout en se triturant les phalanges. 
 

Le climat change à grand pas et l'homme, sa femme, son beau frère, son cousin et ses enfants n' y sont, semble t-il, pas pour rien...


L' homme, sa femme et son beau frère en accusent les uns et les autres en maudissant les puissants, tandis que le cousin et les enfants vilipendent les générations précédentes qui se sont laissées choir dans un consumérisme outrancier et ravageur. Et chacun de se replier sur son quant à soi et de n’envisager aucun changement personnel afin de palier à ce futur moins enviable.

Mais que faire ma bonne dame lorsque les uns se pavanent sur papier gla sur le pont de leur yacht, les autres climatisent des stades et font tomber de la neige dans le désert. Le monde est devenu cabourd (expression locale pour définir l' indéfinissable). Alors tous rallument la télévision afin de visualiser les malheurs qui tombent sur les uns, qui ravagent les autres et ne plus laisser d'espace au redoutable sujet dans le cercle restreint.

Et hop c'est reparti pour un tour ! 

Mais je digresse car je m'étais promis de ne pas trop parler de climat mais de vous donner des nouvelles de la cueillette.

Il a fait chaud, très chaud mais deux orages successifs auront redonné de la vigueur à la plante assoiffée. La vigne est résiliente et les éclairs qui zébrèrent le ciel du mois d'août permettront au millésime un équilibre auquel on ne croyait plus. Il faut être patient et la dernière ligne droite aura été cette année décisive. ( je parle encore de climat mais celui ci n'est pas politique ).

Et hop, on repart pour un tour !

Nous avons donc commencé avec un enthousiasme altéré, vers dix heures du matin, sous les assauts du soleil. Les gestes plus lents, les conversations moins alertes n'ont pas  retardé  les premières cuvaisons.Tout se passe plus mollement sous le chapeau de paille, l'allégresse de la récolte plus intériorisée de peur de perdre l'énergie. Dans un premier temps pour parfaire son bronzage la cueillette du rosé et de la syrah ont été assurés avec un peu de peine.

La météo prévoit pour les jours qui suivent  un rafraîchissement bienheureux qui devrait nous donner une sensation de légèreté et une allégresse à toute épreuve. Malgré tout on ne sait jamais de quoi demain sera fait et nous vivons notre récolte au jour le jour en alignant les gestes, consciencieusement, en faisant notre travail de vigneron dans l'attente des futurs jours de vendanges car les autres cépages sont plus tardifs. Vigneron, c'est un peu l'art de patienter et d'agir lorsqu'il le faut. Mais ceci aucun manuel n'y fait référence. C'est tout le charme du métier et des lors que l'on sent le raisin prêt, c'est reparti pour un tour. Et hop !

Alternance de la cave à la vigne, de la chaleur à la fraîcheur toujours en équilibre sur le fil d’Ariane de nos ambitions vigneronnes nous patientons les futurs coups de sécateurs.

La précocité du millésime nous donnera du temps en cave avant l'équinoxe car parfois les choses se chamboulent un peu fin septembre en nous donnant quelques frissons.

Et hop, j'en reviens  à mon climat, celui du début, le délétère en quelque sorte. Il va falloir s'y mettre tous ensemble car la tension du fil de nos équilibres est devenu palpable à l’œil nu. On le ressent dans les vignes. La sueur est plus lourde, plus abondante, les pluies rares mais plus intenses, les saisons moins marquées.

Des vents plus fougueux pourraient emporter pèle-mêle les desseins de développement de nos sociétés de raisons ivres de richesse et de consommation souvent excessives vers l'antichambre du désespoir.  Alors que nous pourrions individuellement et collectivement partir à l'aventure des solutions, vers la jubilation de la réflexion qui sans action reste une mauvaise manie. Il y a tant à créer...

Les uns retroussent déjà leurs manches et entraînent  certains autres vers la lumière mais il restera toujours une part d'ombre bougonneuse, engluée, vénale qui s'exclura du mouvement. Tant pis !

Et hop, on va changer le monde...

La pluie va arriver et rafraîchir l'atmosphère du début de vendanges afin que nous puissions continuer le cœur léger. Les bavardages incessants pourront réanimer les vendangeurs après dix heures les matins calmes, et je ne doute pas que des ébauches de solutions voient le jour.

Des idées vont poindre dans un éclat de rire, dans la simplicité d'une fin d'été pas comme les autres. Les uns vont faire ceci, les autres cela et tous allons trinquer à la saison qui meurt pleine d'enseignements.

 

Il est très difficile de concilier les idées et pourtant il y a urgence à regarder avec le cœur et laisser la raison, mère de bien des déboires, excuse des vaniteux, choir aux oubliettes du temps qui passe.

Les gouttes d'eau font le torrent, n'est-ce pas ?

Et hop, c'est reparti pour un tour !

 

Partager cet article

Repost0
15 juin 2022 3 15 /06 /juin /2022 05:45
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.
Timbrés ou pas timbrés.

 

 

 

La chaleur accablante de juin pousse véritablement au calme les après-midi caniculaires. Rien ne sert de s’exciter si ce n'est qu' à s’épuiser. La torpeur de la sieste où pour se délasser il vaut mieux repousser les pensées travailleuses et les soucis inhérents. La torpeur fait naître parfois dans sa petite TV personnelle des vues, des souvenirs, des sensations que l'on croyaient oubliés à tout jamais et qui resurgissent cahin-caha dans nos caboches alanguies. Je ne suis pas timbré à vrai dire mais la chaleur oblige le paysan à la station couchée.

 

Les matins lumineux suffisent à la peine quotidienne au champ dont l'herbe jaune froissée crisse sous le pas. Le mi-temps des journées s'écoulent à l'ombre. C'est un minimum de sagesse. Il faudrait être drôlement timbré et narcissique pour aller jogger, pédaler, piocher...

 

Ainsi le corps affalé à l'abri des larges murs séculaires du mas, sans écran à portée, la pensée part battre la nature sans souci de surchauffe. Bien que peu nostalgique dans l'ensemble me revint l'autre jour en mémoire une passion enfantine que j'exerçais avec zèle dans ma prime jeunesse. La collection de timbres.

 

J'ai fait cela, quelques années et c'était simple. C'était doux. C'était poétique et donnait l'occasion à l'esprit de partir n'importe où, d'imaginer, de s'extraire, de croître.

 

Un timbre c’est un petit voyage, une rêverie, une évocation, un exotisme collé

dans l’angle de enveloppe. Je suis nostalgique du temps lointain de notre enfance

où il était collé artisanalement à l’authentique salive. Tout se perd ma bonne dame !

 

Concentration à but imaginatif la collection de timbres aujourd'hui désuète nous fit découvrir la culture à l'instar de la dernière page au dos du Larousse pavée de drapeaux. Des pays vers lesquels nous voguions en imagination. C'était l'époque où nous apprenions la géographie sur les plaques des voitures considérant le subjectif et l'imaginaire comme réalités tangibles et palpables en embrassant la vie..

 

Classés par pays la France augurait déjà de ma passion pour son terroir. Nos voisins européens avaient malgré tout à mon goût saveurs d'ailleurs, de provinces inconnues, de pays merveilleux et les ribambelles de paysages, de monuments, d'événements et de personnages résonnaient comme une diversité qu'on avait soif de découvrir. Plus loin encore les continents, les antipodes donnaient une idée merveilleuse du vaste monde en pointillés.

 

Une encyclopédie à l'angle du message. J'épiais d'un œil savant le courrier de l'entreprise familiale à la découverte de quelques secrets qu'il fallait décoller soigneusement. Et puis il y avait, chez le marchand philatéliste, les plaquettes aux timbres ostentatoires, clinquants et prétentieux, qui sentaient un peu le faux mais qui venaient orner l’album de pays inconnus dont j'ignorais même l'existence. L'un de mes frères alors, rentrant de voyage de noces me rapporta des pays de l'Est tout une collection hétéroclite de cachets étonnants; ce fut le paroxysme de sa fraternité.

 

Cette époque des années soixante-dix ne connaissait encore pas l'invasion des écrans qui rendent l'intelligence bête et tuent la créativité. Comme pour mater le rêve.

 

Bien plus tard nous décidâmes avec ma belle que point de télé occuperait la place centrale de notre foyer. Que cet instrument intrusif n’aliénerait pas nos têtes rebelles et encore moins celles de nos futurs enfants. Du coup nous en eûmes trois en deux ans et demi. Nous étions radicaux. La souplesse arrivera avec le temps. Un peu timbrés mais heureux bien que j'avais depuis longtemps abandonné ma collection. Que cela soit dit, chez nous, les censeurs ne censureront pas au travers de cet étrange objet lumineux.

 

Et dans le fond, au diable la TV pourvu qu’on est l’ivresse du goût des autres, de l’amitié, de la rencontre, de l échange, du réel, du quotidien. Le goût d’une chanson dans le vent, d’un accord déglingué, de la beauté du monde. Vous voudriez ensuite que nous nous contentions cher censeur, d’une pseudo réalité, mièvre, insipide, trafiqué à l’envi afin de nous rendre plus terne et nous retirer l’envie de faire... il faudrait être fou pour continuer. Il faudrait être fou pour arrêter de vivre, d’être, d'entreprendre, si jeune en plus.

 

Et nous, nous étions seulement timbrés. Ce qui, à réflexion, est déjà pas mal en entame de l'age adulte et, comme le con de la chanson le timbré évolue mais vers sa liberté qui fait parfois froid dans le dos au premier susnommé.

 

Avec le temps revient l'écran inéluctablement et il est vrai que les vignerons que nous sommes devenus ont mis de l'eau dans le vin de leurs rigueurs sans toutefois tombés dans l’excès inexcusable de la potomanie. Loin s'en faut !

 

Les timbres ça donne le temps de penser, peut-être plus que la lecture, en tout cas différemment, ça assagit, ça fait rentrer à l’intérieur, explorer. Ça évoque sans trop orienter et c'est paisible. C'est un peu le pendant de la parole, le yan du blabla intempestif comme si la voix allait briser le charme de l'instant solitaire.

 

Les mots viennent habiller la pensée et parfois l’anticipe ou la précipite en logorrhée mal contrôlée. La pensée doit respirer, regarder bien en face le sentiment qui l’a fait poindre avant de se muer en mots. Alors il faut apprendre à lire l’implicite et développer le sens aigu du goût de l’autre, des sentiments et du bonheur.

 

C'est un peu tout cela la collection de timbres. La chaleur fait revenir à l'esprit le temps d'avant, des leçons de choses, de l'école primaire où je regardais tomber les feuilles des platanes et des courses en carlingues dont les freins faisaient défaut. Les quartiers urbains ressemblaient à des villages. Tout un contexte, un équilibre à mes yeux écarquillés qui découvraient le monde dans un quartier du vieux Béziers.

 

Les nuits d'été enrôlent l'esprit vers des nimbes plus profondes alors que les siestes légères déroulent l’album des souvenirs et je dis oui avec le cœur.

 

Je dois être en vérité un peu timbré, ma belle aussi et c'est un bien. A moins que ce ne soit la chaleur qui dilate dans nos têtes les quelques neurones de la raison qui surnagent dans un bocal de rêveries. Il faudrait demander à un neurologue son expertise mais lorsqu'on en croise un au hasard du chemin, on ouvre une bouteille, on digresse, on divague puis il oubli la question, redevient carabin et nous laisse dans l'ignorance. Mieux vaut ne pas savoir et rester timbré pour l’éternité. C'est une chance de salut.

 

Partager cet article

Repost0
18 avril 2022 1 18 /04 /avril /2022 08:00
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.

Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.

 

 Il a bien plu ce mois d'avril et l'espoir d'un départ de saison serein nous fait galoper à droite, à gauche sur la propriété. La pluie : élément essentiel à la récolte n'est pas venue de façon substantielle depuis décembre arroser nos desseins. Le risque, au débourrement est, que la plante enregistre le manque et se mette en rétention de raisin. Elle est comme ça la vigne, dés qu'elle sent que cela pourrait mal se passer, elle se met en alerte afin de se sauver des aléas célestes. Forme d'intelligence naturelle, de réflexe plavovien conditionnée à son environnement. Pour les plantiers, jeunes vignes au système racinaire réduit cela aurait pu tourner au drame. Mais il à plu, beaucoup, suffisamment. Le ciel a déchargé en quelques jours sur le Languedoc son gris anthracite à remplir le moindre trou, la moindre veine et les ruisseaux, les lacs et les étangs ont repris un niveau acceptable en nous donnant du baume cœur. La sécheresse est une horreur.

 

 

Les lacs vont pouvoir luirent à nouveau. Et le ciel narcissique se reflétera dans leurs eaux qui bientôt happeront ses nuages pour ne les libérer qu’en octobre. C’est pour cela qu’il fait si beau ici car les lacs absorbent les vapeurs qui s’aventurent au dessus les jours de grand soleil. Il faut être un fin observateur pour s’en apercevoir !

 

 De nos vignes, ont connaît les secrets car ont les voit se matérialiser au fil du vent. Le regard va loin sur l'horizon les grands jours clairs, jusqu'à la mer, aux Pyrénées et nous voyons même du haut de la colline lorsque nos yeux s'orientent vers la cote les hommes se débattrent.

 

 

Le ciel de ce début de printemps nous a cette fois ôté d'un doute. D'autres viendront, sans doutes, mais encore et toujours c'est l’idéal qui doit primer et jour après jours, pas après pas, inlassablement les choses se font. Surtout ne pas lâcher la barre et dans le vin nous savons de quoi nous parlons !

 

 

Les éclaircies, comme à chaque coup d'épée dans l'eau, réapparaissent et le mistral emporte les nuages au diable vauvert pour laisser place à un ciel indéfectible. Dualité séculaire qui sauvegarde nos équilibres sur ce coin de soleil et la vigne, qui a l'esprit de clocher, s'est adaptée à ces subtilitées venus d'en haut.

 

 

Au printemps c'est souvent un ''bigos'' ( houe en patois) sur l'épaule que nous arpentons le terrain afin de pourchasser l'herbe récalcitrante à la charrue. Au printemps c'est le grand nettoyage du même nom qui active une énergie renouvelée. Ce sont les premières mises en bouteille les "Pâques" faites, c'est l'herbe qui jaillit, la vie qui sourdait jusque là éclate au soleil. Des bouchons qui pètent à la moindre rencontre. Un tas de petite chose simples, honnêtes et rassurantes.

 

 

Au printemps c'est le changement et lors d’un changement il y a finalement création d’énergie qui attire les bonnes situations qui d'ailleurs ne sont que des conjonctions d’humains et d'esprits qui se commutent. C’est peut-être cela la chance du débutant. Ensuite viendra le combat et puis la confiance.

 

 

Cette année, situation géopolitique oblige, la difficulté à trouver les matières premières verrières a légèrement acculé les mises de rosé et de blanc et pour ne pas assécher nos gosiers nous dûmes à la cuve courir nous désaltérer. Le monde va ainsi et entre réalité et spéculation nous oblige à nous réinventer sans cesse. Entre bleu clair et gris foncé le spectre nous oblige à l'adaptation permanente.

 

 

La pluie devra revenir en orages estivaux pour nous assurer une récolte équilibrée. Certes, trop point n'en faut mais suffisamment comme la chaleur et le vent qui évitent les traitements. Et tout ceci à bon escient pour conjurer le stress et la légendaire râlerie du paysan jamais content.

 

 

Nous autres, très heureux de notre sort, attaquons cette énième saison à la vigne, confiants, empreints de cette sérénité que les années de conquête nous ont donnée. Que sais-je ? Un début de sagesse à dompter nos feux intérieurs, une relation distendue à l'adversité, une relativité méditerranéenne et atavique qui nous pousse désormais au temps présent. L'ici et maintenant à regarder croître notre futur.

 

 La pluie et le beau temps, banalités des intellos rythment nos jours sans nous pousser sur le divan.

 

 

La saison des siestes, des matins calmes, de l'ouverture, des éclats de verves va reprendre à Cadablès et l'on refera comme toujours le monde à tort et à travers pour se faire croire que l'esprit est supérieur au temps qui passe.

 

                                         ____________________________________________________

 

Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.

 

Partager cet article

Repost0
21 mars 2022 1 21 /03 /mars /2022 17:40
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.
Crédit photos : Serge Bonnet.

Crédit photos : Serge Bonnet.

 

Serge s'est pointé un jour de septembre alors que nous ramassions nos raisins. Je le connaissais du théâtre et son objectif discret à la pointe de la vigne cueillait des images du bout du diaphragme. Des images en nuances pour fixer le village amollit en arrière plan.

 

Mandaté par la mairie dont l'idée était de relater à travers un œil sensible le quotidien des autochtones, la vérité des paysages, la poésie du bâti, les trognes des habitants. Le résultat fût surprenant comme s'il existait quelque part en Languedoc un endroit hors des sentiers, loin des balises : peut-être un phare ?

 

Le bonhomme discret à l'oublier, pour n'altérer le naturel et saisir la moindre goutte de sueur, le moindre soupçon de vérité, l'expression de l'instant... Plusieurs matins, à l'heure où la lumière sublime l'action, il est passé au détour d'un buisson, rapportant de ses balades l' angle du moment. Tantôt chez nous, tantôt chez les voisins, les amis, les copains , dans les champs, sur les murets, dans les venelles, les rocades, dans les bas fonds, sur les hauteurs avec un sens de l'équilibre pour ne froisser la douce démocratie qui anime le village.

 

 

 

On y voit des gens, des artistes, des moments, des pierres et des œuvres à la croisée du Languedoc. On y voit une lumière à nulle autre pareille, des iconoclastes en ribambelles et un joyeux tintamarre où les êtres se parlent et les horizons se rejoignent autour d'une scène atypique. Un Pays de troubadours et de trouvères attirés ici par le hasard le plus subtil.

 

On y voit même ce que l’œil ne peut capter. On y entend des accents de sympathie de tous les coins, venus ici respirer un air plus aérien.

 

Serge s'est pointé un beau matin nous rendre conte de notre quotidien et apparaît le long des pages une diversité enthousiasmante. Son pinceau en bandoulière, au fil des pas qui font rentrer en soi, a fixé le quotidien des gens d'ici, les jours de fêtes, la nostalgie et les regrets...

 

Il y a coup sur une entrée des artistes au conseil municipal.

 

Il y a un esprit dans ce village qu’il faut aller chercher tranquillement,

sans froisser, en toquant à la porte pudiquement car cet esprit a tant à nous apprendre, à nous transmettre. Pardonnez notre pudeur latine exacerbée car nous gardons pour nous nos déchirures.

 

Fouzilhon : Ce n'est pas pas un village, c'est une philosophie.

 

                                   ______________________________________________________

 

     Retrouvez toutes les vues de Serge bonnet  sur la page FB dédiée:

 

                                      Commune de Fouzilhon.

 

 

                          J'invite votre regard à aiguiser sa curiosité.

                             ______________________________________________________________

 

 

Partager cet article

Repost0
18 février 2022 5 18 /02 /février /2022 14:06
Crédit photo : Charlotte Dubois,  Marina Py, Christine Isarn, Sy cote de Thongues.
Crédit photo : Charlotte Dubois,  Marina Py, Christine Isarn, Sy cote de Thongues.
Crédit photo : Charlotte Dubois,  Marina Py, Christine Isarn, Sy cote de Thongues.
Crédit photo : Charlotte Dubois,  Marina Py, Christine Isarn, Sy cote de Thongues.
Crédit photo : Charlotte Dubois,  Marina Py, Christine Isarn, Sy cote de Thongues.
Crédit photo : Charlotte Dubois,  Marina Py, Christine Isarn, Sy cote de Thongues.
Crédit photo : Charlotte Dubois,  Marina Py, Christine Isarn, Sy cote de Thongues.
Crédit photo : Charlotte Dubois,  Marina Py, Christine Isarn, Sy cote de Thongues.
Crédit photo : Charlotte Dubois,  Marina Py, Christine Isarn, Sy cote de Thongues.
Crédit photo : Charlotte Dubois,  Marina Py, Christine Isarn, Sy cote de Thongues.
Crédit photo : Charlotte Dubois,  Marina Py, Christine Isarn, Sy cote de Thongues.
Crédit photo : Charlotte Dubois,  Marina Py, Christine Isarn, Sy cote de Thongues.
Crédit photo : Charlotte Dubois,  Marina Py, Christine Isarn, Sy cote de Thongues.
Crédit photo : Charlotte Dubois,  Marina Py, Christine Isarn, Sy cote de Thongues.
Crédit photo : Charlotte Dubois,  Marina Py, Christine Isarn, Sy cote de Thongues.
Crédit photo : Charlotte Dubois,  Marina Py, Christine Isarn, Sy cote de Thongues.

Crédit photo : Charlotte Dubois, Marina Py, Christine Isarn, Sy cote de Thongues.


L’hiver n’est pas fini et repousse encore un peu l'extériorisation printanière, l’hiver n’est pas fini et nous garde encore au creux de sa sensibilité solitaire.

 L’ hiver au rythme de ses nuits dilatées, de ses jours raccourcis la vigne se recharge en profondeur pour aller chercher dans l’épaisseur de son substrat l’énergie d’une future récolte.

Le vigneron vaque, pépare , anticipe des milliers de choses qui se heurtent parfois dans sa caboche libérée des pressions estivales.


 Fi des surmenages récurrents de nos débuts, place à la sérénité de l'instant. Le temps apaise le semeur.

C’est une saison de bleu froid, de lambeaux de nuages, de rafales intempestives qui nous poussent près de l’âtre de nos pensées, près du feu de notre philosophie personnelle.

La grande lumière Languedocienne irradie le plus souvent les journées et le soleil d'hiver repousse l'horizon au plus loin. C’est la saison des choses simples, des fondations sur lesquelles s’appuiera le reste des saisons : l’automne où tout descend, l’hiver où tout s’ancre en dedans afin d’anticiper les montées au zénith.

Ici, finalement, il faut venir lorsque le froid prend le dessus car l’automne et l’hiver irradient leur magie.
Et puis il y a les gens et c’est là, au hasard d’un chemin, d’une rue, d’une place que tout peut basculer et devenir immense. Mais tous n’ouvrent pas leur porte. Chez nous elle ne ferme jamais vraiment, ouverte aux quatre vents de la fraternité.



A Cadablès quelques travaux ont émaillés les fraîches journées. Un toit qu’il a fallu refaire par crainte qu’il n'écroulat notre dessein, une épaisse dalle qui agrandit notre cave pour enfin travailler plus à l'aise. Il faut du temps dans ce métier pour conclure ses désirs et les hivers relativisent notre impatience à avancer en nous donnant le temps nécessaire au recul. Un antidote à l’orgueil excessif.

Les bâtiments du domaine demandent une attention particulière. Le vieux mas au creux de la colline dont les premières pierres furent posées fin quinzième siècle fait l'objet de rénovations quasi-permanentes. Témoin d'un passé laborieux, architecture rurale il fait face à la plaine en épiant discrètement les châteaux dix-neuvième afin de leur rappeler que tout vient du sol et que tout y retourne.

La taille de décembre a laissé place au travail du sol car l'hiver n'est pas fini. Les vins de l'an passé s’affinent en silence et nous goûtons parfois l'évolution. Encore recroquevillés il  faudra aux rouges un peu de temps, il leur faudra faire leur " Pâques" alors que les blancs et les rosés seront mis en flacons prochainement.

Les coups de fil et les visites à nos cavistes, nos restaurateurs, nos importateurs, nos distributeurs bras armés de notre production, remplissent les jours qui filent vers le renouveau. Cette année ce sont les Américains qui repointent leur nez à l'export, les Belges, les Suisses et les Français ne faisant jamais défaut.

Les copains, les amis, la famille toujours présents passent, et les bouteilles s'ouvrent avec une dévote allégresse. Et l'on échange autour du feu des idées, des projets, des nouvelles. Mille banalités d'une importance absolue qui font œuvre de joyeux quotidiens arrimés à nos humaines convictions.

Cet hiver nous avons accroché deux médailles de plus à nos poitrines gonflées de grand-parents en l'espace d'une semaine. De vraies médailles en or massif pour la pérennité, douce prospérité du temps qui passe.


Tout cela est bienheureux, tout cela est bien, honnête, sans ambages et l'on est presque nostalgique d'une saison qui va fuir et laisser place aux bourgeons. Le cycle va repartir, la vigne va pleurer, les feuilles renaître, l’énergie revenir et la nostalgie chassée par l'avenir ne sera plus qu'un souvenir lorsque reviendront les prémices estivaux.

Le travail s'intensifie à la vigne, passé le monologue de la taille. Respiration essentielle la taille est derrière, la fraîcheur peut encore perdurer pour retenir la sève quelques semaines et nous laisser une liberté de plus avant la pousse.


L'hiver n'est pas fini, il est encore nécessaire pour mieux appréhender l'avenir, retenir encore au foyer nos âmes damnées à la terre, pour ajouter un trait d'union avant le grand printemps.

Mais celui-ci sera un autre air de guitare, plus enlevé. Les nouvelles sont bonnes !

 

 

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2021 4 02 /12 /décembre /2021 13:36
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.
Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.

Crédit photos : Charlotte Dubois, Christine Isarn.


                                   C'est bon et beau à la fois. Ici il y a la table, la terrasse et en son extrémité un escalier qui descend au jardin. Nous y avons des tubercules heureux, des salades radieuses, ça resplendit du bulbe. Les rangées mal alignées parsemées de fleurs donnent une diversité heureuse, une joyeuse cohabitation, loin du tumulte,  engageant l'esprit, dès que  l'on y entre, à s'évader, à échafauder...  La campagne quoi !

 A Cadablès le jardinier est une jardinière. Désormais de la veille école je conjugue trop souvent à la troisième personne du masculin en ne trempant jamais ma plume dans le fiel. J’ évite ce son brutal du '' iel '' qui musicalement heurte bien trop l'oreille pour s'y habituer en aussi peu de temps.

Le potager c'est un coin de magie à longue vue qui refait le moral. Un axe de recentrage à l'instar de la vigne. Peut être en plus divers, en tout cas  moins monotone car plus petit, moins besogneux.

Et l'esprit de se laisser aller au rythme du binage, à la courbe du cerclage. La pioche aux abdos, la grelinette au biceps, le rabassier occitan  aux triceps poussent l'esprit, avec un peu d’entraînement, vers de délicieuses nimbes.  Sous les douces injections du jardinier naît ainsi une biodiversité abondante et distrayante. Une coccinelle, un trio d'escargots, des vers, des insectes inconnus, des larves gluantes, parfois des taupes ennemies dans ce monde à la mesure de l'homme. C'est un monde ordonné, cyclique, humble et raffiné malgré ses faux airs renfrognés. C'est un monde immuable, enfin, elle et moi nous l' espérons.

 

Il y a un esprit dans la terre qu’il faut aller chercher doucement, sans froisser, en toquant à la porte pudiquement car cet esprit a tant à nous apprendre, à nous transmettre. Au jardin il se passe tant de choses invisibles, c'est le vestibule des nuages où le rythme lent apprend la patience, fait découvrir la  beauté, chasse le gris en ravivant  le vert.
 

 Ici, nous cultivons au rythme des saisons une belle partie de notre consommation annuelle et, entre initiés on échange, on troque, on donne, on se donne l'air avantageux de ceux qui d'une graine font pousser un légume. Ceci évidemment loin de la vénalité du marché car il est hors de question de pratiquer  professionnellement de peur qu'un grain de sable n'enraye la savante mécanique. Le potager  c'est un peu ésotérique dans le fond, c'est un cercle, un monde, une sorte de repli auquel on se pique régulièrement et que l'on garde un peu blotti de peur que le monde extérieur n'envahisse le jeu pour le détériorer.
 

Forme de bonheur simple à la portée de tous, retour à la raison, à la maison, une forme d'essentiel apparaît dans ses allées à la re-découverte de nos étonnements enfantins. Et un radis devient un absolu, une tomate une œuvre d'art, un choux un mastodonte, une salade de l’énergie...

Le substrat amendé régulièrement  est donc vivant et par sa complexité grouillante transmet son énergie à la plante qui l'offrira à l'assiette. Et la boucle sera bouclée. Il devient ainsi richesse absolu de vitalité et de santé, immunité indéniable et incomparable face aux agressions de toutes sortes, de tous horizons.

 

 Équilibré par sa diversité,  par son abondance nul n'est besoin de chimie pour sa survie. Microcosme naturel où l'un chasse le parasite de l'autre dans une auto protection sensationnelle, presque irrationnelle. Miroir inversé de nos sociétés bousculées qui pansent leurs déséquilibres à grand coup de molécules pseudo salvatrices dans une fuite en avant anxiogène et suicidaire. Mais pourquoi nos savants ne regardent ils pas le potager ? Professeur émérite diplômé en équilibre depuis la nuit des temps, diplômé en harmonie visible et invisible. C'est la sagesse incarné, la générosité absolu, le placement fabuleux.

L’épouvantail  bienveillant essaie bien d'épouvanter les oiseaux qui se perchent sur son bras désarticulé. Bouts de bois habillés d'oripeaux et coiffés d'un pot de terre cuite pour donner au tableau une allure artistique et éclairer le visage du visiteur d'un sourire complice. Le pluviomètre lorsqu'il n'est pas troué donne un espoir à chaque millimètre et lorsque l'été le rend aride le son de la fontaine  réanime le jardin.



C'est simple, enthousiasmant et ça fait mal au dos les premiers temps mais du bien à la tête.

 

C'est l'Homme, au milieu de son monde, qui entend couler l'eau, regarde passer un vol d' oiseaux, s’assoit sur le banc, se roule une clope, lâche un vent, pense à tout et à rien, regarde se coucher le soleil sur un bouquet de thym, respire et c'est immense...

 

Et puis y'a les copains qui passent par là, au hasard d'un chemin, on sort le vin du puits et les mots fusent. Parfois un peu crâneurs pour éviter les profondeurs, mais l'on revient à chaque fois au vivant, à l'humus et insidieusement on glisse sur des sujets moins profanes, on se confie, sorte d'église à ciel ouvert, à cœur ouvert avec pour seule loi celle de la nature. C'est un morceau de paix au détour d'un chemin où la gargouille couvre pudiquement l'intimité près d'un banc en rondins.


 

Ce jardin est délimité par des piquets bancals, de vieux roseaux séchés qui y marquent les rangées. Des outils disparates, des cageots alignés, des bouts de tuyaux craquelés au soleil, une touffe d'herbe marquant la fuite d'eau, des rouleaux multicolores de ficelles en tissus, tout un fatras hétéroclite d'outils en tout genre jonchent les allées. La serre aux vitres opaques, la porte coincée par un caillou, car ici point de voleur. C'est un grenier au grand air sonorisé par les cigales de l'été. En jachère, envahi par les poules ou le crottin de l’âne et le compost végétal, les légumes promettent des goûts égarés par le productivisme mono-cultural. Il deviendra aussi conservatoire gustatif pour des générations handicapés de la papille.


 

Le potager c'est une sensibilité, un partage, une aventure, une culture désuète, une thérapie, un essentiel. C'est un tableau, un chef d’œuvre où l'artiste est modeste produisant pour les siens l'essentiel, la richesse, l'abondance : et il l'offre, c'est un roi !


 

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2021 3 13 /10 /octobre /2021 07:29
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...
 Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...

 

 

Vendanges 2021... La chance, la rigueur et le lâcher-prise...

 

___________________________________________

 

 

 

Pour une vendange réussie il faut, en dehors des paramètres extérieurs, de la rigueur, du lâcher prise et de la chance. Une vendange et une vinification, l'une étant la conséquence de l'autre, le but de la manœuvre, l'excitation de septembre, l'aboutissement de la sueur de l'année.

La vendange, la vinification : ces deux Là ne vont jamais l'une sans l'autre. C'est un couple, un duo.

Abandonner les vinifs c'est donner son âme au diable, laisser un ami au bord du chemin.
La vigne et la vinif sont intimement liées. Activités gémellaires que le vigneron appréhende, réfléchit, rêve, imagine, approche par tous les cotés et bien avant l'échéance d'autant que la rencontre ne dure qu'un mois et n’a lieu qu'une fois par an.

Ici nous sommes indépendants en ce sens où, de la plantation à la vinification, et je pousserai même la définition de l'ouvrage jusqu'à la commercialisation, nous sommes censés maîtriser la chose, nous essayons d' assumer le tout et pouvons crier à hue et à dia en toute honnêteté : c'est notre vin !


En quelque sorte le fruit de nos engagements, faute d'être quasiment celui de nos entrailles . Nous y mettons du cœur, de l'estomac à s’en faire de la bile, du nez, de l'oreille, du palais, des tripes et tout ce qui s'ensuit et puis le reste aussi. Et le tout en bio afin de donner un avenir au sol sur lequel nous pratiquons et de la fluidité aux vins que vous buvez...

Il faut de la rigueur, cela va sans dire.

Dans le contrôle obsessionnel qui pourrait être le notre, dans les moments de tension, le lâcher prise est nécessaire. S'en remettre à l'espoir, à la chance car, dans le fond nous ne contrôlons qu'une partie de l'ouvrage, qu'une partie de la réussite. Le lâcher prise n'est pas un laisser-aller c'est plutôt un acte de confiance.

Se vanter d'une histoire que nous ne maîtrisons qu'en partie lorsque la chance ou la malchance prend le relais afin de suppléer les limites humaines est un tantinet paradoxal. Mettre tout en œuvre afin que le bazar se déroule et lâcher prise en laissant la chance se dépatouiller avec la nature et ne pas avoir l'obsession de l'homme tout puissant, qui dicterait à la matière le goût qu'elle doit avoir, le réflexe qu'elle doit adopter afin de répondre à ses fantasmes dominateurs et vénaux. Ici ce n'est ni le client, ni les spécialistes en blouses blanches de savants qui font les vins, ce sont les vignerons, la nature, les aléas, le climat, le sol, la chance. La différence est notoire pour la faire remarquer.

Une partie de notre réussite liée au petit bonheur la chance de la nature, peut pousser certains à la folie. Les engager dans une course en avant vers un grand essoufflement afin de rattraper ce qui n'est rattrapable. D'autres, plus sages se griseront au lâcher prise, à la confiance, à '' l'Inch Allah" fataliste mais raisonnable contre les vents, les tempêtes, le gel, la grêle, les caprices des levures, les montées en volatiles et toutes les joyeusetés que l'esprit imagine, lassés par un travail trop intense.


La liste des problèmes à venir qui n'arrivent, in fine, que très rarement n'étant jamais exhaustive, ne vaut-il mieux pas abandonner la part de soi même qui doute à la poésie, en tout cas, à la relativité. La nature ne marchant pas au même pas que l'homme pressé, il est nécessaire de relier ses objectifs au temps long et ne pas oublier que ce métier est un chemin.

Pour cela ne faut-il pas avoir l’esprit ouvert aux quatre vents, le goût de l’autre et embrasser la vie comme l’on partirait à l’aventure ?
Je me demande parfois à quoi la chance tient...


Et cette année ce fût le gel qui guillotina les espoirs de beaucoup et un été septentrional catastrophique qui remit une couche pour diviser historiquement les récoltes.

Ici, à Cadablès, nous avons eu la chance de passer au travers de tous ces aléas et les magnifiques raisins, en quantité normale nous ont autorisés un millésime encourageant. Ce ne fut pas le cas d'autres années . Pour exemple la canicule de 19 nous supprima la moitié de la récolte qui fondit comme neige au soleil, d'un seul coup, d'un seul , par un après-midi catastrophique.

Le passé est le passé. Le présent désormais réjouissant fait oublier les chaleurs intenses et avec une régularité surprenante nos raisins, cette année, s’étalaient sur les souches, beaux, sains, fiers, opulents d'espoirs. Situation presque indécente au regard des pertes alentours. Cadablès protégé des vents au nord, par le volcan et les collines.

L'état phyto exemplaire à traitement minima nous encourage désormais à entretenir la symbiose agro-écologique mise en place depuis longtemps. La biodiversité développée, les animaux réintégraient. Prouvant, si c'est besoin, qu'un équilibre du vivant seconde harmonieusement la partie culturale.

Les oiseaux peuvent continuer à piailler, les vaches à meugler, les insectes à vrombir dans une joyeuse et tonitruante ambiance de nature retrouvée.

Il y eut aussi les amis, les copains, la famille, les jeunes du villages qui se sont joints à nous afin de ramasser manuellement les fruits de septembre.

Les ambiances, Les repas, les partages et les vins trop appréciés nous aidèrent au lâcher-prise qui, je le redis, n'est pas un laisser-aller, bien que parfois mais rarement, il nous firent mélanger nos syllabes sous les étoiles bienveillantes qui mirent un voile de pudeur à ne pas répéter.

Il en va ainsi de la vie à la vigne, de l'esprit des amis réunis.


Il y a un esprit dans les vignes qu’il faut aller chercher doucement,
sans froisser, en toquant à la porte pudiquement. IL à tant à nous apprendre,
à nous transmettre. C’est l esprit du vent, du froid, du soleil, de la sueur, de la solitude, des grandes tables, des matins de doutes et des soirs d'euphories.

Et on vous l’offre car on aime la vie, l’humain, le vin mais il faut savoir rentrer chez nous, presque sur la pointe des pieds car nous avons dans le fond le caractère de cochon que la vigne nous a forgé et c’est très bien ainsi...

La vendange terminée, seaux et sécateurs remisés, viendra le temps du recul et l’automne où tout tombe, apaisera les tonitruances de l'année. La boucle bouclée, le cycle achevé avec ses hauts, ses bas, ses heurts, ses joies qui ne sont que des heurts qui ont bien tourné, une sorte de lâcher-prise pour mieux narguer le chaos.

Partager cet article

Repost0
9 août 2021 1 09 /08 /août /2021 15:33
Coup de fatigue.
Coup de fatigue.
Coup de fatigue.
Coup de fatigue.
Coup de fatigue.
Coup de fatigue.
Coup de fatigue.
Coup de fatigue.
Coup de fatigue.
Coup de fatigue.
Coup de fatigue.
Coup de fatigue.
Coup de fatigue.

 

La péniche est l'un de mes fantasmes. Lorsque la lassitude envahit ma vie, lorsque me quitte l'énergie et que je ne trouve plus le sens du labyrinthe, une envie de canal, d'évasion, de grand air me poursuit. C'est mon besoin d'ailleurs, mes palmiers occitans, ma plage de recul, le canal du Midi.

Fantasme avouable et je me vois sur les canaux, voguant au gré de mon imagination lisant, clopant, glandant, chantant, vagabondant, buvant, copinant, vivant, poétisant et j'en passe, la liste n'étant pas exhaustive.

À la rencontre des paysages, des humains retrouvés, entre deux rives, l'horizon dégagé, la perspective déroulante… Un endroit où les gens ne font plus semblant de s'aimer pour se donner l'illusion de la paix. Un aparté dans le présent.

Lorsque parfois taraudé, usé par une récurrence anxiogène, j'ai le dessein de tout abandonner et de changer de vie, d'horizon, d'avenir, je m'imagine en marinier à la proue d'un immense bazar contraint entre deux berges.

L'esprit trop occupé à l'engagement de l'instant, trop obsédé par la nature de nos projets s'use à ne savoir le décanter. À ne pas voir le bout du rouleau lorsque nos énervements dépassent nos émerveillements en stressant le temps et en le concentrant.

C'est alors qu'il faut prendre du recul. C'est le temps du repos si rare en paysannerie tant les tâches succèdent aux tâches, tant les circonstances additionnées poussent au labeur qui sans cesse par vagues successives revient à l'esprit en culpabilité grossie par la fatigue.

Pour peu que les circonstances globales deviennent anxiogènes, délétères et que chacun se renferme sur ses égoïsmes le cocktail devient explosif. Mettons de la distance là où la vie nous dickte afin d'éloigner l'horizon, d'ouvrir la perspective et d'accepter les autres, de comprendre leurs désaccords.

Nos sociétés, du reste, par leur consommation, leurs manipulations n’autorisent même plus cette détente à leurs nourrisseurs.

C'est alors le moment de la stratégie de la machine arrière, du recul pour mieux sauter, de la temporisation mentale, et la réflexion posée devient indispensable afin de mettre la machine en performance minimale pour répondre idéalement à la situation. Nous n'avons pas tous les mêmes privilèges et nos métiers de terriens nous empêchent souvent les grandes villégiatures ne pouvant laisser derrière nos responsabilités. Alors nous partons vers des voyages immobiles, vers du tourisme de proximité, vers de la simplicité joyeuse…

Et les hasards alors nous guident sur une route enchantée à l'occasion d'une balade, d'une onde claire, d'une lecture, d'une rencontre, d'une visite pour reconstruire en dedans l'édifice de notre idéal fissuré par l'obsession de nos projets. Le lâcher-prise n'est pas un laisser-aller. Notre for intérieur, à nul autre pareil, a un besoin irrépressible de poésie, de tendresse, d'amitiés, de rencontres, d'un verre au bord de l'intimité pour exister et recréer et repartir et émaner et s'exprimer sans que la force de la conscience ne vienne briser ses rêves sur les digues de la réalité. La réalité qui dans le fond n'est qu'une interprétation collective imposée à soi-même et aux autres.

Je ne sais pas encore quel livre je vais rouvrir, quelle visite je vais recevoir, quel périple je vais entreprendre, quelle chanson nous allons entonner, quelle inconscience nous allons imaginer mais il va bien falloir prendre du recul pour ne pas céder car la période cruciale de la cueillette s'avance à grands pas et qu'encore rien n'est prêt. Une chose après l'autre. Pour l'heure nous agrandissons la cave et nous allons mettre en bouteille. Nous sommes toujours trop inquiets de l'avenir qui a le talent de nous désorganiser pour mieux nous démentir une fois devenu présent.

Nous sommes toujours en retard sur nos idées. L'on pense toujours faire plus vite, faire mieux. La nature oblige à la lenteur dans une société boostée aux amphétamines médiatiques.

C'est l'heure du repos, advienne que pourra. En paysannerie il est bien relatif car la machine ne peut jamais s'éteindre complètement, juste marcher au ralenti pour ne pas trop nous absorber, nous gober tout crus et sonner l’hallali de nos ambitions rurales, de nos engagements terriens dans un épuisement précoce.

C'est un peu cela aussi l'engagement, un avancement, parfois aux forceps, obligé par nos raisins, par la météo, par nos clients si prompts à nous oublier, par notre ambition si prompte à nous épuiser. C'est qu'il faut prendre de la hauteur pour ne pas attraper le vertige d'un quotidien plus que prenant de mille détails à faire poser genou à terre au plus preux chevalier. Dans une société qui n'avance plus à l'aune de la nature mais à la vitesse de son manque de sagesse nous devons trouver notre place, imposer notre différence, vanter nos mérites agricoles sans perdre la boussole et, happés d'une tache à l'autre, d'un pas de sénateur, être à hue et à dia tout en gardant les idées fraîches.

 

Août est l'antichambre de septembre majeur où se jouera le futur vin. Alors anticipons la merveilleuse excitation de la vendange pour mieux l’appréhender afin qu'elle coule entre deux rives bien sages, guidée par le vigneron, pour qu'aboutissent le millésime et le travail de l'année. Nous ne faisons que guider le travail de la terre sans appui d'artifices afin que rejaillisse la vérité du terroir.

 

Se reposer pour voir plus juste et ne pas se laisser déborder à la barre de sa destinée, entre deux rives : comme un canal. Si au hasard d'un méandre un marinier passe par là, à quelques encablures de Cadablès, qu'il n'hésite pas à me héler, à m'inviter à son bord car je n'arrive jamais les mains vides. Je viendrai avec mes quilles pour refaire le monde et je trouverais en chemin du saucisson afin de rencontrer un nouvel ami. Tout simplement.

 

Partager cet article

Repost0
7 avril 2021 3 07 /04 /avril /2021 08:25
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.

Plantation.


Un hectare est un carré de 100 mètres sur 100 mètres lorsqu'il est carré bien évidemment ! S'il est rectangle, parallélépipède on s'adapte afin de retomber sur nos pieds. Ainsi cent mètres sur cent mètres font dix mille mètres carrés et dans nos campagnes nous parlons plutôt en ares et en hectares. L'are vaut un centième d'hectare soit cent mètres carrés et le mètre carré devient alors centiare.


Déjà vous en savez plus que certain ministre !

Ce terrain parfois pentu, caillouteux, terreux, pour nous en l'occurrence argilo-calcaire-basaltique est préparée en circonstance afin d'accueillir la nouvelle vigne, la nouvelle plantation. Ripage en profondeur ou des dents d'environ quatre-vingts. centimètres pénètrent le sol, tirées par un tracteur conséquent afin de décompacter. D'autres techniques existent mais ici l'idée, en agriculture biologique, est de ne pas retourner les sols afin de ne pas détériorer la vie aérobie, anaérobie. Le champ, en tout cas le notre, est reposé de toute vigne depuis plus de vingt ans et a accueilli durant ce repos, ânes, chevaux et vaches qui ont paissé l'herbe venue.

Car un sol vit comme chacun le sait, en espérant que le ministre le sait aussi, ce qui n'est pas si sûr. Longtemps le sol a été considéré, par les plus savantes institutions, comme un substrat sans vie que l'on pouvait utiliser à sa guise, et le respect était alors relégué au énième niveau. Longtemps ? Il n'y a pas si longtemps d’ailleurs. Chez beaucoup encore plane le doute. Cette idée nouvelle, cette lumière céleste n'a pas encore éclairé toutes les compréhensions et nombre de professionnels retors, laboureurs invétérés, restent destructeurs à grande échelle de biodiversité.

Abandonnons ver, micro-organisme, champignon en tout genre pour revenir à nos moutons. Ainsi le sol décompacté et aéré est aplani, arpenté à l'aide de roseaux, de repères, de fils de fer, de cablettes jaugées, de mètres, de décamètres et de grattages de tête . Mesuré, trigonométré avec l'aide de Pythagore afin que ne parte dans tous les sens la future plantation. La vigne aime l'alignement, le rang et contraint le vigneron à la rigueur presque militaire lors de sa création. Les maths précèdent la poésie pour poser un décor de rigueur avant de pouvoir exprimer la sensibilité de son vigneron. C'est le corps noué des souches vieillis plus libre, insoumises, les racines bien droites dans un sol vivant qui pourra exprimer toute sa nature en poussant vers le ciel ses sarments vigoureux.


Le sol arpenté, mesuré, repéré jusqu'au dernier centiare est troué au plantoir, à distance régulière afin que le planteur y dépose le plan de vigne soudé-greffé commandé préalablement au pépiniériste. Je passe les détails techniques pour ne pas alourdir, pour garder du mystère, ne pas ennuyer et ne pas trop rencarder le ministre afin de garder un peu d'indépendance. In fine un arrosage sous pression est nécessaire pour praliner les racines du plan et démarrer sous les meilleurs augures . Nous en avons posé deux mille huit cents sur soixante ares.


Les plans sont posés dans le sol, les uns derrière les autres, rangées après rangées et lorsque le soleil monte au zénith les gosiers asséchés, les appétits ouverts espèrent la sacro-sainte pose du midi où le ploc du bouchon récompense les amis. Les rires joyeux fusent et l'on parle cépage. Le cépage est l' âme du plan de vigne en quelque sorte. Ici il y en a deux : sincaut et aramon. Traditionnels, enracinés, adaptés, pour aller chercher profond la quintessence de la terre, des cailloux, des éléments et créer l'alchimie complexe d'un futur vin imaginé par les vignerons.


On retrouve beaucoup le sincaut en culture méditerranéenne. Cépage trop souvent vinifié en rosé qui donne des rouges légers… Sans être dénués d'intérêt l'aramon quasi abandonné donne de grosses baies caractéristiques et dès lors qu'il est bien mené et maîtrisé des vins fruités, peu concentrés. Il surprendra plus d'un sommelier, si tant est que ces derniers aient la vertu de bien vouloir sortir des sentiers balisés.

L'aramon à l'instar du Terret blanc ou gris fut longtemps cultivé en Languedoc mais dans le seul but de faire des rendements hors pair bien peu garants du moindre niveau de qualité. Ces cépages sur des coteaux peu productifs, évidemment cultivés en bio, donneront à coup sûr des vins de soifs, des vins d'amis, des vins qui permettent aussi de refaire le monde aux repas de midi avant le recul nécessaire de la sieste. Des vins d’instants, d’épicuriens. Des jus évoquant une robe légère, une brise soudaine. Car il y a tout cela dans le vin que l'on croit parfois petit. Les Terrets par exemple déclinés chez nous en blanc en ont surpris plus d'un par leur caractère, leur complexité, leur buvabilité et un caviste Belge - qui n'a pas la papille orientée par ses annonceurs a cru bon d'en parler comme d' un grand vin.

Les aramons et les sincauts garde légère de notre armée se boiront dans les deux ans au bord d'une rivière, sur une nappe à carreaux, la bicyclette jetée dans les buissons. C'est joyeux comme un printemps précoce, comme un espoir de congés payés.

Voilà tout ce dont à quoi l'on pense le dos courbé, le plantoir à la main car il faudra au moins trois ans avant les premières gouleyances. Trois à quatre ans de patience, de taf sur la parcelle plantée en gobelets traditionnels pour faire comme avant. Avant l'invasion des sauterelles mécaniques vendangeuses où la main apportait son parfum, avant l'omniprésence de la chimie débordante assurant la récolte en dénaturant toute perspective de naturel.

Du haut de nos coteaux surplombants la plaine on plante des raisins. Une ode à l'horizon comme on porterait un enfant à bout de bras.

Partager cet article

Repost0