Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2022 1 18 /04 /avril /2022 08:00
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.
Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.

Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.

 

 Il a bien plu ce mois d'avril et l'espoir d'un départ de saison serein nous fait galoper à droite, à gauche sur la propriété. La pluie : élément essentiel à la récolte n'est pas venue de façon substantielle depuis décembre arroser nos desseins. Le risque, au débourrement est, que la plante enregistre le manque et se mette en rétention de raisin. Elle est comme ça la vigne, dés qu'elle sent que cela pourrait mal se passer, elle se met en alerte afin de se sauver des aléas célestes. Forme d'intelligence naturelle, de réflexe plavovien conditionnée à son environnement. Pour les plantiers, jeunes vignes au système racinaire réduit cela aurait pu tourner au drame. Mais il à plu, beaucoup, suffisamment. Le ciel a déchargé en quelques jours sur le Languedoc son gris anthracite à remplir le moindre trou, la moindre veine et les ruisseaux, les lacs et les étangs ont repris un niveau acceptable en nous donnant du baume cœur. La sécheresse est une horreur.

 

 

Les lacs vont pouvoir luirent à nouveau. Et le ciel narcissique se reflétera dans leurs eaux qui bientôt happeront ses nuages pour ne les libérer qu’en octobre. C’est pour cela qu’il fait si beau ici car les lacs absorbent les vapeurs qui s’aventurent au dessus les jours de grand soleil. Il faut être un fin observateur pour s’en apercevoir !

 

 De nos vignes, ont connaît les secrets car ont les voit se matérialiser au fil du vent. Le regard va loin sur l'horizon les grands jours clairs, jusqu'à la mer, aux Pyrénées et nous voyons même du haut de la colline lorsque nos yeux s'orientent vers la cote les hommes se débattrent.

 

 

Le ciel de ce début de printemps nous a cette fois ôté d'un doute. D'autres viendront, sans doutes, mais encore et toujours c'est l’idéal qui doit primer et jour après jours, pas après pas, inlassablement les choses se font. Surtout ne pas lâcher la barre et dans le vin nous savons de quoi nous parlons !

 

 

Les éclaircies, comme à chaque coup d'épée dans l'eau, réapparaissent et le mistral emporte les nuages au diable vauvert pour laisser place à un ciel indéfectible. Dualité séculaire qui sauvegarde nos équilibres sur ce coin de soleil et la vigne, qui a l'esprit de clocher, s'est adaptée à ces subtilitées venus d'en haut.

 

 

Au printemps c'est souvent un ''bigos'' ( houe en patois) sur l'épaule que nous arpentons le terrain afin de pourchasser l'herbe récalcitrante à la charrue. Au printemps c'est le grand nettoyage du même nom qui active une énergie renouvelée. Ce sont les premières mises en bouteille les "Pâques" faites, c'est l'herbe qui jaillit, la vie qui sourdait jusque là éclate au soleil. Des bouchons qui pètent à la moindre rencontre. Un tas de petite chose simples, honnêtes et rassurantes.

 

 

Au printemps c'est le changement et lors d’un changement il y a finalement création d’énergie qui attire les bonnes situations qui d'ailleurs ne sont que des conjonctions d’humains et d'esprits qui se commutent. C’est peut-être cela la chance du débutant. Ensuite viendra le combat et puis la confiance.

 

 

Cette année, situation géopolitique oblige, la difficulté à trouver les matières premières verrières a légèrement acculé les mises de rosé et de blanc et pour ne pas assécher nos gosiers nous dûmes à la cuve courir nous désaltérer. Le monde va ainsi et entre réalité et spéculation nous oblige à nous réinventer sans cesse. Entre bleu clair et gris foncé le spectre nous oblige à l'adaptation permanente.

 

 

La pluie devra revenir en orages estivaux pour nous assurer une récolte équilibrée. Certes, trop point n'en faut mais suffisamment comme la chaleur et le vent qui évitent les traitements. Et tout ceci à bon escient pour conjurer le stress et la légendaire râlerie du paysan jamais content.

 

 

Nous autres, très heureux de notre sort, attaquons cette énième saison à la vigne, confiants, empreints de cette sérénité que les années de conquête nous ont donnée. Que sais-je ? Un début de sagesse à dompter nos feux intérieurs, une relation distendue à l'adversité, une relativité méditerranéenne et atavique qui nous pousse désormais au temps présent. L'ici et maintenant à regarder croître notre futur.

 

 La pluie et le beau temps, banalités des intellos rythment nos jours sans nous pousser sur le divan.

 

 

La saison des siestes, des matins calmes, de l'ouverture, des éclats de verves va reprendre à Cadablès et l'on refera comme toujours le monde à tort et à travers pour se faire croire que l'esprit est supérieur au temps qui passe.

 

                                         ____________________________________________________

 

Credits photos : Laurence Crinquant Photographe, Sy Cote de Thongues, Domaine de Cadablès.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires