Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2018 3 13 /06 /juin /2018 17:48
Allô maman bio !
Allô maman bio !
Allô maman bio !
Allô maman bio !
Allô maman bio !
Allô maman bio !
Allô maman bio !

 

 


Par intermittence et récurrence s’abattirent sur le Languedoc des pluies régulières durant ce printemps aléatoire qui affolèrent la population paysanne à plus d'un titre. Le mildiou eut tôt fait de faire son apparition et les moyens de lutte biologique parurent bien dérisoires face à l'invasion exponentielle du champignon condamnant une partie de la récolte. 

L'acceptation est un préalable à cet engagement naturel et, le cœur parfois meurtri à la vue des stigmates , il fallut continuer la lutte à la fois prophylactique et préventive.  Ce n'est pas grave, la sortie était belle et il y aura moins de vendanges en vert et, l'engagement à ne pas traiter par des moyens systémiques tenu jusqu'au bout. Comme un exploit malgré la perte de récolte pas du tout relative.

L'herbe par ailleurs sentit des airs de Normandie et sa croissance accélérée par les chaleurs sudistes envahie le rang de vigne jusqu'à cacher les palissages,  bloquer les broyeurs, affoler les chimiques mais apportant au sol le paroxysme de la biodiversité et un paillage exceptionnel faisant remonter les vers de terre, favorisant le vrombissement des insectes, attirant les oiseaux. Les tâches oranges, bleues, rouges des fleurs disséminées par les vignes, par les talus auréolés d'abeilles butinantes , un ruisseau renaissant, une grenouille, un lézard et la vie biologique, effervescence verdoyante.

'' Du jamais vu en Languedoc '' aux dires des anciens qui ne sont plus à un étonnement , à une approximation prêt excusé par la sacro-sainte expérience dont ils se pâment assis sous le platane en répétant à l'envi que de leur temps tout allez mieux. Du reste, de mémoire, le dernier printemps aussi pourri, remonterait à 32, 1932 ! Une paille.

Un travail harassant, long, vertigineux en tracteur, un exercice intense à la vigne pour palier les caprices météorologiques de ce trimestre exceptionnel ou il fallut repousser nos limites,  notre résilience en lâchant parfois prise sans pour autant laisser tomber. Le naturel est un risque que la chimie à abrogé.  A la recherche des équilibres, parfois au péril de la récolte,  souvent de la rentabilité sans compter sont temps, sa sueur, à tout risquer comme au poker pour satisfaire un idéal,  peut être un  ego, pour donner au consommateur un vin fin, honnête, propre, sain, complexe, généreux.

On a reçu aussi à Cadablès les samedis,  les dimanches, tout le printemps une foultitude d'amateurs éclairés,  de badauds férus de bio qui nous félicitent mais pas plus. Encore des dizaines de rencontres sans prendre le temps de s'arrêter,  le temps d'un congés,  parfois jusqu'à la déraison en ne montrant à nos visiteurs que la partie émergé du grand bazar.

 

On a même vu passé des voitures anciennes pour un repas animé où mes auditeurs passionnés de  bielles, d'écrous, de carburateur ne prêtèrent qu'une oreille polie à mes dires biologiques et agro-écologique.  A quoi bon parfois renseigner les sourds.

 

Ce printemps aura eu la vertu de l'interrogation quant à l'organisation de nos événements futurs tant on se croit parfois au zoo du mauvais côté de la barrière quand certain viennent voir les derniers esclaves de la terre, des bêtes  curieuses qui encore croient en leur idéal et le mettent en réalité. Doit on continuer à recevoir des incultes quasi moqueurs afin de leur montrer qu'une différence agricole est possible ? Ne doit on pas, désormais,  mettre notre énergie ailleurs que dans l'accueil de croquant avec qui l'on veut sincèrement partager mais qui ne peuvent voir, ne peuvent entendre car en écho reviendrai à leurs yeux leur propre nullité.  Les congés de fin de semaine ,venir à Cadablès est plus amusant que les séries débiles et l'on se donne l'impression, sans dépenser un kopeck, de savoir, de comprendre, quasi de s'engager.


Des pluies de printemps point une interrogation, une réorganisation pour pouvoir continuer plus serein, moins incertain , peut être plus pragmatique car les visites apportent aussi le désespoir,  la négation quand elles jugent,  tranchent, elles donneraient presque envie d'aller balancer du glyphosate et repartir en congé,  en week-end à l'aune de l'évolution sociale.

 

Les esprits sympas, dans l'empathie, plus cultivés,  intéressés, sensibles,  épicuriens préféreront l'intimité d'un huis clos plus confidentiel, d'une coterie à l'écoute du vivant. On ne sait toujours pas sous quel format nous allons désormais recevoir mais nous avons  l'intuition qu'il faut changer, évoluer quitte à froisser, à vexer pour faire avancer.

L'oenotourisme ne sera pas chez nous un vaste parc d'attraction pour attirer les gogos lécheurs de marques, promeneurs dominical d'adolescent boutonneux ou de vieillards nostalgiques.  C'est de la joie que nous voulons, de l'énergie,  de la folie de ce qui croient,  qui refondent des étoiles dans les yeux, qui nous donnent envie de répandre la vie, qui nous donnent leur sourire, qui nous éclairent.  Des joyeux quoi !

Nous voulons leurs offrir plus que du vin et en échange de leur énergie, nous leurs produiront de la santé loin du troupeau.

Allo maman bio, papa tango charly. On tiendra bon, suffit il de passer le pont et je vois déjà l'autre berge. Il suffit de faire confiance.  C'est si simple. Puis viendra l'été et la récolte bio, agro-écologique,  comme il faut,  c'est sûr. Et puis, les woofers sont là, internationaux et nous donnent leurs bras, leur ouverture, leur sympathie et c'est en Anglais que l'on cultive l’authentique.

My god.

 

On s'y est engagé et mon poing dans la gueule de ce qui sous  entendent que tout cela est impossible, de  ceux qui osent encore partir sans rien lorsque on leur a consacré une heure de salive.  Promeneurs vexant venant juger, venant jauger ceux qui ont osé , avec  parfois un sourire goguenard aux lèvres.  Les imbéciles heureux qui sont nés quelques part et qui vont nulle part.

De mon hôtel des bords de France,  d'où j'écris ma fatigue éphémère j'aperçois un jet d'eau sur le lac, comme une gerbe immense,  voir atterrir l'évasion,  voir décoller les avions mais je suis passé,  il y a trois jours chez mes amis de Haute Savoie qui savent trouver les mots qui donnent envie de repartir. Si authentiques, si engagés,  si bio, si vrais.  des amis qui à l'instar de  nos façons nous redonnent envie de nous accrocher à la paroi que le consommateur rend si souvent glissante.

 

Mais la vie est belle malgré les printemps douteux pourvoyeurs de mildiou, elle trouve toujours la manière de nous guider dans le bon sens, le bon sens paysan, le sens de l'action, de l'aventure, le sens de notre vérité intérieure et cette fois, c'est au cœur des Alpes, que le vent me chuchota à l'oreille le chemin à l'envers qu'il nous fallait prendre pour ne pas désespérer de nos engagements et, dans une rafale, il me conseilla même, de ne pas ouvrir trop grand nos bras pour pouvoir les refermer à bon escient.

 

                 Et le cœur léger je redescendis vers le Sud répéter tout cela à ma belle vigneronne.

Partager cet article

Repost0
9 avril 2018 1 09 /04 /avril /2018 07:47
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...

 

 

Ce jour là justement, pas un nuage à l'horizon. Ciel bleu et anticyclone sur le Léman. Le mont Blanc paradait, les cygnes du lac voletaient, Genève lové à l'autre bout avait de faux airs d'Italie tant le ciel azur de cet automne 2014 prenait des allures paradoxales.

 

Nous tremblions un peu malgré la douceur. Le trac, une petite boule imperceptible au niveau de l'estomac malgré la joie d’être reçu cet après midi là, à l’école Hôtelière, pour une visite, une dégustation de vins Suisse et, à ne pas y croire, une dégustation de nos vins, une dégustation de Cadablès, sur deux millésimes. Dans l'attente nous regardions, Christine, Alice et moi les canards du lac et nous leurs jetions de petits bouts restant de notre pique nique bucolique en imaginant l’accueil qui allait nous être réservé.

 

En toutes circonstances : rester soit même. Je tourne la clef dans le contact, c'est parti, on verra bien, et puis nous sommes des gens libre, des vignerons. Après tout, pourquoi pas ?

 

Le tête haute et le pas fier nous pénétrâmes dans l’alcôve reçu par un sourire avenant, chaleureux, pour une visite des lieux qui eurent vite fait de nous impressionner. De couloirs en classes, de la cuisine hyper moderne à la cave tempérée, du restaurant gastronomique jusqu'à la salle de dégustation où nous attendait un groupe de sommeliers, professeurs, directeur. Tout cela réglé comme une horloge. Serrage de mains de circonstance avant de sortir d'un sac à dos nos flacons sous l’œil bienveillant de notre hôte.

 

En toute circonstance : rester soi même. C'est le meilleur moyen de ne pas se trahir.

 

Puis les vins Suisse défilèrent sous nos papilles excités et chacun, dès le troisième vin, allant de ses commentaires à la recherche des qualités intrinsèques de chaque cépage, de chaque assemblage et c 'est dans une joie mesurée qu'il fut question que nous parlions de nos vins.

 

Nous nous lançâmes, ragaillardis par les libations des jus de nos confrères Helvétiques, redevenus nous mêmes, et racontant à l'assemblée nos mérites agricoles, nos façons d'exister, de cultiver, de vinifier, de respecter, d’envisager, de rêver, de faire, de défaire et de remettre à l'enclume nos postures...

 

En plein discours une pensée me traversa l'esprit, " in vino veritas", mais que vont donner les vins, le transport ne les aura t il pas altéré ? Et cette roue des pensées pernicieuses qui se mis à tourner, à tourner lorsque j'entendis , assez clairement d’ailleurs :

 

-" Très bien, très bien, passons à la dégustation de vos vins".

 

Toujours pas de nuage à l'horizon.

 

D'un geste rapide et voulu discret je me sers le premier verre de notre propre vin et Christine, plus délicate, sert nos dégustateurs. Le nez plongé dans mon verre une olfaction magnifique rebondit alors dans mon appendice nasal, une ouverture propice, une ampleur profonde s’élevait de mon verre. Nos vins ne nous laissaient pas tomber, ne nous laissaient pas seul. Ils étaient grands ce jour là, à l'heure H. C'est beau la solidarité.

 

Le Cadablès goûtait ce jour précis idéalement, aidait certainement par l'altitude et le climat. Pas de faux pas, toujours pas de nuage. Le vin roulait dans les palais avec ce son si caractéristique que seuls les professionnels maîtrisent et, lorsque le premier dégustateur posa son verre, nous, suspendu à ses lèvres, après quelques secondes, très mesuré, il déclara :

 

-" ce vin est trop bon, je ne le crache pas ".

 

S'ensuivirent quelques douceur pour nos oreilles de vignerons et c'est ainsi que nous rentrâmes à l’École hôtelière de Lausanne tout fier du travail accompli, de la route parcouru.

 

Pendant ce temps Alice se morfondait dans son coin, souriant de temps à autre poliment, ininterressait par nos adultes discussions et je finis par conclure que nous faisions du vin pour " donner le sourire aux jolies filles". Il fallait bien terminer sur une note facétieuse mais si pleine de vérité.

 

Et le nuage arriva. Trois ans plus tard. Le cloud.

 

La complexité évidente de nos vins poussa nos amis Suisse à les étudier plus avant pour en déterminer la profondeur, la tessiture, la vérité, l'originalité, les émotions et les impressions que ceci pouvaient donner. Pour ce faire plus de deux cent étudiants guidés par leur mentor goûtèrent régulièrement nos vins durant trois ans. Non pas de manière ludique car nous sommes dans une université mais de façon quasi professionnelle car leur impression furent compilés dans un logiciel mis au point, tout spécialement pour l'occasion, par leur professeur. Cadablès au centre d'une étude avec ses vins passés à la moulinette informatique sur un panel de dégustateur mondiaux afin d'en sortir : un nuage !

 

 

Nous y revoilà.

 

Un " nuage de mot" selon les impressions classés en récurrence, selon les émotions rangés en pertinence, selon les subjectivités de chacun le logiciel, mis au point à Lausanne, tri, range, corrige parfois, rectifie, guide dans une base de données de plus de 3000 mots inhérents à la dégustation.

 

Le cloud naquit de trois ans de travail assidu et voici que viennent de sortir les résultats d'une dégustation, à l'aveugle, du premier groupe de 120 étudiants francophones. Vont suivre les résultats Anglo-saxons. Nous allons bientôt savoir ce que le vaste monde pense de notre travail. C'est presque étourdissant.

 

Mais pour l'heure, qu'en disent ils ces jeunes gens formés à diriger, à manager, à organiser, les établissements les plus prestigieux de la planète ? Ne sont ils pas trop formatés ? Ah, pardon, il ne connaissent pas la provenance des vins, tout ceci est fait à l'aveugle, seul, devant un verre, face à leur propres connaissances, à leur propre culture, sans qu’interviennent quelques forces obscures, que ne remontent de leur inconscient quelques messages subliminaux laissés traîner par les uns, par les autres. Une heure de vérité sur notre travail, sur nos méthodes, sur nos idées.

 

La procédure est la suivante : les étudiants remplissent un formulaire libre de dégustation via internet (google form), ce document est anonyme (les étudiants reçoivent un numéro d’identifiant en début de séance). Ils décrivent les vins en respectant juste les phases de dégustation. Dégustation à l’aveugle, le vin a également un numéro d’identifiant.

 

L’ensemble des formulaires se retrouvent ensuite sur un fichier commun servant de base de donnée. Dans cette base de donnée, en parallèle, il y a environ 3000 mots (certains sont parfois en double ou en triple) qui correspondent à des termes qui peuvent être utilisés en dégustation pour caractériser par exemple l’acidité, les tanins…). Le logiciel trie ensuite les mots des étudiants en ne prenant en compte que les mots rentrés dans la base de  donnée.

S'affichent ensuite les nuages de mots correspondant à la séance et cela ouvre une discussion au sujet des impressions entre les profs et les étudiants. On peut éventuellement discriminer en visualisant la dégustation par nationalité, âge, sexe…


 

Deux vins au ban. Chemin à l'envers et champ de pierres. Bouche, nez, conclusion, radar sont les intitulés des résultats sous forme de nuage, sous forme de graphique. Très sérieux tout cela. Et voici, dans le fracas d'un roulement de tambour, les images :

 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...
 École hôtelière de Lausanne, Domaine de Cadablès sur un nuage...

Comme une pluie bienfaitrice, de ces nuages où les mots s'emmêlent ressort une diversité, une complexité, certainement une profondeur. Reflets de vin de terroir les nuages montrent à quel point, à l'aune des palais francophone, s'exprime dans nos vins la diversité des couches successives de notre tomographie locale, à coup sur de nos méthodes culturales et, pourquoi pas de notre passion transmise. Ce liquide est tellement mystérieux que l'on doit bien, y donner, même implicitement, un peu de notre âme, un peu de notre amour.

 

Souvent revient le terme " acide, acidité" qui dans l'esprit de nos étudiants reflète surtout la minéralité, la buvabilité. Ainsi ils ne vivent pas l'acidité comme un défaut mais comme une minéralité prégnante. Devront ils, dans l'avenir, se méfier de se terme connotant parfois péjorativement ou bien est il question d'apprentissage, de culture ...

 

Les mots, les mots, les mots parfois surprenant nous renvoient à nous même, à ce que nous pensions de nos vins. Ainsi le champ de pierres plus sombre, plus long, plus difficile d’accès et le chemin à l'envers plus consensuel car la syrah y donne la droiture. Le champ concentré , plus extré à la vinification, plus travaillé vers le fond et le chemin, déjà complexe, mais plus tourné vers l’extérieur a des airs de facilité qui peuvent devenir rapidement factice.

 

Nous aimons à dire que nos vins se boivent sans réfléchir, presque d'un trait, pour sceller un moment en accord majeur méditerranéen lorsque l'alchimie entre le buveur, le plat et le vin se réalise et que l'instant devient unique. N’est ce pas cela le but de la manœuvre ? Donner du plaisir pour raccrocher à sa mémoire des instants de vie, des rencontres, des crépitements de l’âme, des rires enjoués, des projets plein la gueule. Le vin est le reflet de son buveur et va chercher les jours de griserie la sensibilité profonde de chacun si tant est qu'il soit assez fin pour cela.

 

A regarder, la tête en l'air, des nuages, redescendent aussi des surprises ( bas, haut, j'aime pas, sucre... ) étonnante mais lié à la sensibilité de chacun.

 

 

Devons nous plaire à tous ? Certainement pas. Alors qu'un, aime, l'autre, rebute. Alors qu'un " bas " blesse, un " haut" rassure. Alors qu’analytiquement, il n'y en a point, certain ressentent le sucre que nous pourchassons à longueur de vinif. C'est curieux l’être humain, c'est jamais d'accord mais c'est rassurant de diversité.

 

 

Chacun pourra commenter en comparant les nuages à sa propre sensibilité. Chacun pourra, de ces nuages, trouver un sens, chercher, fouiller, se retrouver dans le brouillard ou y voir une éclaircie pour se rendre compte au final, en ouvrant une bouteille de Cadablès, qu'on entre dans un monde de diversité, de complexité, d'échange, d'humain.

Qu' il s'agit là, d'une culture. D'une culture qui va vers l'autre les bras ouverts pour échanger, pour embrasser.

 

Et puis à quoi bon expliquer. Buvons.

 

 

 

 

 

________________________________________________

 

Ps : Merci à Gildas L'HOSTIS Senior Lecturer - EHL - pour la réalisation de cette étude, pour son aide, pour sa confiance et sa bienveillance.

 

______________________________________________________

 

Partager cet article

Repost0
15 février 2018 4 15 /02 /février /2018 18:14
 Travaux d'hiver à la vigne, la saison où l'esprit vagabonde.
 Travaux d'hiver à la vigne, la saison où l'esprit vagabonde.
 Travaux d'hiver à la vigne, la saison où l'esprit vagabonde.
 Travaux d'hiver à la vigne, la saison où l'esprit vagabonde.
 Travaux d'hiver à la vigne, la saison où l'esprit vagabonde.
 Travaux d'hiver à la vigne, la saison où l'esprit vagabonde.
 Travaux d'hiver à la vigne, la saison où l'esprit vagabonde.
 Travaux d'hiver à la vigne, la saison où l'esprit vagabonde.
 Travaux d'hiver à la vigne, la saison où l'esprit vagabonde.
 Travaux d'hiver à la vigne, la saison où l'esprit vagabonde.
 Travaux d'hiver à la vigne, la saison où l'esprit vagabonde.

 

                             L'hiver déshabille les vignes et rend le cep squelettique en laissant apparaître l'architecture du bois. C'est le moment, la sève descendu, de l’intervention de l'homme pour tailler.

 

                            Car la vigne se taille. C'est le travail de l'hiver. La vigne se taille car c'est une liane et tout l'art consiste à rabattre les bois, à les orienter, à les sélectionner, à les diriger pour endiguer la puissance printanière qui jaillira l'hiver passé. Pour calibrer une récolte qui devra donner bon. Pour éliminer les bois morts, les in fructuosités, pour sculpter dans le sens, donner l'alignement idoine dans un paysage modelé.

 

                           Moment intime où le vigneron, seul, avec sa vigne, peut observer, prendre le recul nécessaire au temps long.

 

                           Solitaire au centre du paysage à découper pied par pied pour donner une harmonie militaire aux jeunes vignes et réguler une anarchie joyeuse sur les veilles parcelles qui prennent des libertés pour nous donner le nec de nos raisins. Il en est ainsi, la jeune pousse conditionné reste en dessous du vieux pied vermoulu moins aligné. A croire que la liberté rend unique et meilleur.

 

                          Les sarments tirés au centre de la rangé, manuellement, par petits fagots ne sont pas ici brûlés mais réintégrés au sol pour l'apport organique. La boucle est bouclé et la vigne rend ses sarments au sol pour nourrir biologiquement son futur.

 

                          Les nuages se forment au dessus emportés par le vent du Languedoc pour laisser, la plupart du temps, un grand ciel bleu, une lumière emblématique.

 

                          De certaines vignes l'on voit les Pyrénées. Occasion de lever la tête et d'admirer, d'humer, de voir, de chanter une ode à la beauté, de lancer quelques jurons, de se sentir bien en dedans.

 

                        En face, la mer. De coté, des villages lovés, des châteaux engourdis. Plein ouest, la chaîne des Pyrénées. Les cloches des vaches toute proche résonnent jusque là. Les hennissements porté par le vent évoquent la diversité rebattit durant quinze ans à Cadablès. Des instants solitaire et fragile, des instants de vigneron paysan, des instants d’extérieur puissant, d’intérieur pensant. L'homme au milieu de ses terres.

 

                       Le regard se redirige vers la souche pour un geste mécanique, ancestral, bien que nous soyons équipé aujourd'hui de sécateurs électrique prévenant les tendinites à répétition. Faut bien pouvoir continuer à lever le coude.

 

                      Le rythme lent, seul, laisse s'échapper la pensée au dessus. Pilotage automatique de l'expérience nous autorisant à vaquer à des recherches parfois très prosaïque, parfois plus éthérés. Les heures passent comme un éclair, On est bien en vie face au vent, au froid, au grains parfois, mais le plus souvent au grand soleil méditerranéen. Moments indispensable à la compréhension de son métier, à la santé de ses vins.

 

                     Parfois en guise de liberté on laisse échappé un vent, on urine au milieu du rang, on s’arrête, on s'assoit, on sort la pipe, on roule une tige, on parle seul aussi, souvent à la troisième personne, on est le roi au centre de son absolu. L'hiver est un instant à soi, un instant vigneron bien gardé, égoïste, face aux éléments, bien en face. Un moment de ressenti intime où au rythme des choses nous creusons le sillon de l'année.

 

                  Parfois un copain passe. On discute.  Souvent un oiseau passe, On regarde. Et l'univers nous parle. C'est tout simple.

 

                 Bientôt le printemps, les premières visites, le partage mais tous ne comprennent pas, Peu importe...

 

                Et puis le sol. Vivant. Car un sol vit. C'est nécessaire. Une garantie d'avenir. Une foultitude de vers, de micro éléments, de vie invisible mais présente, une organisation millénaire qui transforme, qui englouti pour redonner de l’énergie aux plantes et renforcer le vivant.

 

               On intervient en amendant en engrais bio un an sur deux pour garantir un équilibre. Parfois les bêtes y paissent contre l'herbe et pour les déjections qui naturellement ré enrichissent. Sur d'autres parcelles on couche l'herbe, on évacue les souches mortes, on réintègre de la matière organique, on répare les palissages au besoin, on épand les cendres de l’âtre et à midi il fait bien faim. Et l'hiver passe, tranquille, à la vigne. Ensuite il faudra broyer cette matière enlevé aux ceps, l'enfouir afin que le cycle se termine avant de recommencer.

 

             L'herbe envahi le rang, la vigne. Les petites fleurs, les chardons naissant, le trèfle donnent des allures impressionnistes variant au fil des mois en fonction des pluies, des températures, des vents et des sols. Sols que l'on devra biner, décavaillonner mécaniquement très prochainement. Et l'eau de la colline réalimenté l'hiver par des pluies calme et sereine lorsque de gros nuages bouchent l'horizon. Les alentours verdissent, coulent, flaquent. C'est le moment de retourner au chai, de préparer les mises, les filtrations, les entonnages. Mille petite choses qui font un vin, mille petit détails chaque jours scrutés, analysés , souvent ressentis. La main rugueuse guidé par le cœur pour le geste auguste. C'est un inconscient permanent sans calcul, sans forfaiture. Un risque divin en osant la différence.

 

           Les prémices du printemps tant espéré nous laisserons un pincement au cœur, On regrette déjà l'hiver. Cocon maternel dans lequel on peut s'enfouir pour fuir, retenir un peu plus cet équilibre si subtil où le besoin de terre est plus fort, ou le besoin de vent, de froid, de gel, de pluie, de grand soleil glacé l'emporte sur la douceur le temps d'une saison parfois trop courte.

 

           Et les soirs, rentrés, au bord de la cheminé, dans la cuisine, on boit les copains. On goûte leur vin. Analyse sensorielle afin de mieux se jauger, afin d'y prendre du plaisir mais l'on revient aussi, assez souvent vers nos vins. C'est la fluidité, la digestibilité qui nous attirent chez les autres, chez nous. Recherche permanente d'une subtilité supplémentaire. L'hiver les rouges s'ouvrent mieux, se dévoilent devant le crépitement de quelques souches. Et puis, un peu plus tard, les muscles las par les heures de taille, assoupis par les canons de rouges, on part rêver .

 

         La saison est passé. Le temps à glisser et l'on se prépare, on nettoie les alentours, on vaque à quelques travaux pour mieux recevoir au domaine. Le cycle végétatif redémarrera fins mars, mais ceci est une autre histoire, un autre angle. Pour l'heure les derniers soubresaut de l'hiver nous retiennent au mas, à la terre, en famille, en vigneron.

 

       A l'horizon, pas très loin, le soleil plus chaud, l’extériorisation, l'ouverture pour des rencontres lumineuses vers les autres. Mais ceci est une autre étape, après l'équinoxe.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 17:45

 

Sur les chapeaux de roue nous débutâmes 2017 alors qu’août inondait les vignes d'une chaleur peu propice à l'effort. Mais il fallait y aller et nous y courûmes. Pas seul bien sur.

Avec les wwofers.

 

Les woofers : jeunes gens, ou moins jeunes, fédérés par une association internationale (wwoof) qui se donnent comme quête de venir aider sur des fermes bio durant les périodes intenses en échange du bonheur d’être ensemble, du pain et du logis. Comme nous sommes généreux, on leur donne pas mal de bonheur et, un peu plus que du pain et parfois du vin, assez souvent même. Se greffent à nous à l'occasion quelques amis et nous voilà d'attaque pour affronter le ramassage manuel d'un an de travail.

 

Voilà la colle au complet : Les vendangeurs cueillent en colle, chantent parfois en cœur quand le raisin est abondant, quand la chaleur décroit, quand les vendanges finissent.

 

Efforts froissant les dos, maculant les mains d'un rouge lie de vin parfois entaillées par un sécateur trop vif.

 

Joyeuses conversations les matins frais, mutisme monacal les après-midi chauds pour peu que l'on ait bu au repas du midi. La verve reviendra bien plus tard lorsque les dos vrillés par l'effort constant se déplierons, lorsque le soleil descendra dans le ciel pour saluer la colle suante, collante, éreinté.

 

Nous étions nous, deux Parisiens, un Allemand, une New-yorkaise. Éclectique.

 

Le décor est posé mais je ne vais là, vous décrire par le menu, l'ambiance au quotidien car Céline ( wwofeuse Parisienne) eut la savante idée de nous filmer durant nos pérégrinations. Une weeb serie ! Neuf petits films et un bonus qui ont fait leur bonhomme de chemin sur les réseaux sociaux et intéressé un monde fou. 25 000 vues. C'est prodigieux le partage.

 

Allez ils suivent....

Partager cet article

Repost0
25 août 2017 5 25 /08 /août /2017 06:21
Domaine de Cadablès : encore et encor'.
Domaine de Cadablès : encore et encor'.
Domaine de Cadablès : encore et encor'.
Domaine de Cadablès : encore et encor'.
Domaine de Cadablès : encore et encor'.
Domaine de Cadablès : encore et encor'.

 

Troisième article d'une série paru sur un blog spécialisé sur le vin et les vignerons où nous racontons notre évolution depuis maintenant quelques années. Vous trouverez plus bas les deux premiers article " domaine de Cadablès : première génération de vignerons défricheurs" et " méthodes culturelles, méthodes culturales et tout ce qui s'ensuit... ". Bonne lecture.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

                         Nous sonnons régulièrement à cette porte jamais close pour y raconter d'an en an nos avancées, nos espoirs, nos desseins.  Pour avoir une fenêtre et vous interpeller, nous faire un peu remarquer en sautant parmi la foule, en agitant l'oriflamme de la sincérité.

 

                        Ainsi nous revoilà encore mieux campés, quoique au fond nous ne le sachions jamais, nous en doutions toujours, et puis un revers est si vite arrivé.

 

                       Animés à l'espoir, au travail Cadablès et son petit monde évolue désormais en agro-écologie vers une conversion absolu, un bio sans fard, un engagement simple, sans prétentions mais à nos yeux essentiel. Nous le mettons en œuvre, nous en parlons avec nos mots.  Nous avons ré initié sur nos terres un système de vie. Ce fut l'objet du dernier laïus ici même au sujet de vaches, de veaux, d'insectes, de vignes, de plantes et d'herbes..

 

                        La question reste toutefois en suspens : Quelle influence sur les vins ?

 

                        D'abord, c'est dire notre objectivité, les vins sont plus fins, certainement plus aboutis, plus digestes. Un supplément d’âme !  Bien que facile et passe partout l’expression nous semble pas trop galvaudé tant nous croyons nos buveurs qui trouvent un plaisir plus délicat à la boisson, nos buveurs qui nous racontent nos vins.  Cette complexité qui s'éveille parfois à qui sait y parvenir et qui s’efface souvent à qui lèche l'étiquette. Cette boisson possède un mystère curieux et renvoi souvent à son dégustateur l'image qu'il se fait de celle ci ou de lui même.

 

                       Nos enfants s'y lancent désormais de leur coté, un embryon de seconde génération qui aura moins à défricher et nous verrons ce qui l'en sort avec le temps.. Passion transmise qui chez nous devient plus calme, plus sereine, moins extériorisé mais toujours là. Finalement mieux jugulé.

 

                     Nos vins deviennent nos ambassadeurs en France, à l’étranger. Nous avons repris, plus mûrit l'écriture de notre blog pour promulguer ce bel effort.  Nous y raconterons aussi, au fil du temps ce qui nous mena au vin par des méandres qui nous échappent encore.  N'hésitez pas ! Lisez nous, nous vous raconterons de temps à autre, sans intrusions, nos pérégrinations et vous reparlerons à l'envi de notre passé insulaire.

 

                    Les doutes se dissipent parfois, corde raide de nos folies sur laquelle nous dansons les jours de fêtes et à laquelle nous nous raccrochons les jours de tempêtes.

 

                    2015 sera bon. Récemment embouteillé pour trois rouges qui racontent le chemin parcouru à l'abri du volcan.  2016 dort encore dans le chai. 2017 est sur pieds.

 

                   L'an qui vient, un de nos fils s'installe en reprenant alentour un vignoble en bio, au cheval, mais ceci fera l'objet d'autres écrits, plus tard.

 

                   Le petit monde de Cadablès face au grand monde du vin où il faut à tout instant chercher la sincérité, l'oreille attentive, le palais averti, le journaliste curieux, et le blogueur iconoclaste nous renvoi sur les routes pour sans cesse expliquer notre démarche sereine, pour y toucher le buveur final. Y expliquer sous tous les angles notre vérité, notre angle de vue si particulier.  On laissera les amateurs apprécier, les sommeliers déguster car nous avons un peu de mal pour parler de nos vins et ne voulant surtout pas devenir spécialiste de nous même. Le recul sur soi est toujours trop relatif. On fait du vin, on s'y applique afin que nos buveurs y trouvent du plaisir, afin de donner le sourire aux jolies filles, afin d'éthérer subtilement les esprits pour leur donner envie de refaire le monde, ne serais ce qu'un instant .   Nous sommes bien vu dans certain guide, par certain chefs, par de grandes écoles, par pas mal de particulier. Heureusement.

 

                 Encore et encor' nous remettrons le fer à l'enclume, l'argile sur le tour pour forger et modeler sur le terrain notre monde intérieur si précieux, si fragile, qui a le mérite d'exister car chaque soir nous le rêvons et chaque matin nous le suons.

 

                Quelques lignes jetés sur un cahier d'écolier, comme avant, et retransmise sur les ondes pour paraître moderne.  Quelques lignes pour vous rappeler notre existence, nos choix, notre engagement pour une culture vivante.

 

               A votre bon plaisir Messieurs, Dames d'un coin de terre sudiste où nos chemins à l'envers croiserons, nous l’espérons vos escapades estivales hors des sentiers trop battus.

 

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 08:16
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.

 

CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.

 

 

Il y a des questions que le commun des mortels ne se pose pas, des interrogations qui semblent réservées à d'autres plus brillants, plus perchés, passionnés par des sujets sur lesquels nous n’envisagerions pas d'occuper un seul de nos neurones.

 

Et pourtant, force est de constater que ces questions sont essentielles.

 

Qu'y a t il à 100 km sous nos pieds ? Les pieds sur terre la tête au ciel et si nous descendions en profondeur, bien en dessous des racines de la vigne, dans le terroir, au cœur des choses. Voyage bien curieux.

 

C'est l’objet d'une étude très sérieuse menée par le CNRS, à travers le projet AlpArray pour laquelle nous apportons notre modeste mais appréciée contribution. 2 m2 de terrain sis à Cadablès, une ligne électrique et des coups à boire avec les scientifiques afin qu'ils nous expliquent le pourquoi du comment.

 

Nous avons rencontré les " professeurs Tournesol" du CNRS, de Sofia Antipolis qui ont posés non loin du mas, en pleine garrigue sur les pentes odorantes du volcan une station sismologique qui renvoie à leur laboratoire des informations sur les ondes telluriques. Ceci afin de voir ce qui se passe sous les Alpes : Sous les Alpes ? Vous m'avez bien lu braves gens.

 

Explication :

 

Voilà bien longtemps, mais alors longtemps, 60 millions d'années, un océan séparait l’Europe de l’Afrique ( La Téthys). Cet océan à progressivement disparu et la tectonique des plaques, au fil du temps, à modelé nos paysages.

 

Des forces titanesques en action, à tel point que les Alpes jaillirent. Difficile à imaginer un choc de continents, long, et brutal, avec ça et là un peu de magma et des volcans...

 

Histoire fabuleuse de la géologie que des experts étudient à la recherche d'indices enfouis sous la chaîne parfois à plus de 100 km de profondeur.

 

Pour ce faire, une myriade de station, installées de Cadablès aux Carpates ou presque, en passant par la Ligurie et la Bohème, et en redescendant, en Méditerranée (des stations sous-marines, mais oui...), écoutant, auscultant, le moindre tremblement, la moindre onde afin de déterminer en croisant des centaines de milliers d’informations, comment est constituée la Terre sous les alpes.

 

Aussi incroyable donc que cela puisse paraître aux néophytes, le projet AlpArray écoute de Cadablès et depuis quelques 600 autres points dispersés dans 9 pays, les ondes sismiques qui se propagent dans le sous-sol, afin d'établir la tomographie des alpes. Les vibrations du sol, les tremblements de terre, les grondements sismiques générés de façon continue par les tempêtes océaniques émettant des ondes à travers le monde, qui voyagent sous la surface de la Terre. Une sorte d'adsl tellurique, un wi-fi souterrain. Nous voilà tous solidaires.

 

Et au bout du bout, les géophysiciens et les géologues déduisent de cet espéranto ondulatoire la nature des sous-sols afin, entre autres, d'anticiper les mouvements sur Terre et en l’occurrence, pour cette étude, ceux des Alpes.

 

 

Un boîtier bourré d’électronique est installé sous un olivier loin des passages de tracteurs et de véhicules trop vibrants, en pleine nature. Le sismomètre (capteur), enterré dans un regard d’environ un mètre de profondeur enregistre les mouvements du sol les plus imperceptibles (de l'ordre du 1000ème de millimètre) et la station disposée juste à côté envoie les signaux par d’autres ondes : celles des réseaux téléphoniques. C'est dire à quel point nous marchons autour sur la pointe des pieds, en chuchotant pour ne pas affoler les capteurs sensitifs !

 

 

Ces apartés géologiques nous remémorent notre propre histoire. Le volcan surplombant le mas est lui, âgé seulement de 750 000 ans, époque à laquelle il déversait ses laves incandescentes sur un sol déjà argilo-calcaire pour donner une complexité supplémentaire.

 

Le premier type de terres est donné par des dépôts de grès, calcaires, dolomies, argiles et éléments divers venant de l’érosion de l’antédiluvienne chaîne hercynienne . On est au début du secondaire, il y a près de 200 millions d'années, au moment où les premiers dinosaures foulaient la vase aux alentours du Salagou tout proche (Clermont l'Hérault, Lodève). Ces dépôts de mer peu profonde ont donné des sédiments oxygénés, légèrement acides, riches en Calcium, Magnésium, Silice, Aluminium, reflétant par leur diversité en éléments la variété du massif hercynien de la montagne noire.

 

C'est ensuite, et même bien longtemps après, que naquit le volcan...

 

Dans la continuité de la chaîne volcanique Auvergnate quelques petits volcans parsèment en effet le Languedoc jusqu’aux aux rivages marins. Les églises, les centres villes, les monuments témoins de la géologie locale volcanique drapent de noir au bord de l'eau nos cités balnéaires.

 

Colline plate en quelque sorte le volcan de Cadablès ( catapulte) à laissé choir sur le terrain diverses pierres volcaniques et poussières basaltiques constituants essentiels de la complexité des sols. C'est une chance, un don du ciel de cultiver à l'ombre d'un volcan.

Des millions d'années donc pour constituer un amphithéâtre dans lequel aujourd'hui un dessein appairait dans l'équilibre de la biodiversité. Défi permanent et essentiel de reconstruction paysanne quelque part sur la Terre. Nous ne sommes pas les seuls assez idéalistes pour tenter, retrouver ce qu'une génération a oublié, a laissé perdre.

 

Point ridicule, minuscule sur la carte mais existant et réel à l'abri d'un volcan et résolument tourné vers la Méditerranée.

Point de ralliement d'un clan, point d'ancrage d'idées , point de rencontre, point d'espoir, point du jour...

 

Point cardinal ?

Point un monde ?

Poings fermé !

Point à la ligne.

 

...................................

 

N.B : Merci à Jean Xavier Dessa ( sismologue au CNRS) de sa collaboration pour l’écriture de cet article.

 

.........................................

Pour plus d'infos sur l'étude, la lettre d’information sur le projet européen Alp Array édité par le Cnrs :

 

                      https://geoazur.oca.eu/images/Lettre-info-AlpArray-FR-fev18.pdf

 

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 16:36
 Domaine de Cadablès : Le Savoir faire et le faire Savoir.
 Domaine de Cadablès : Le Savoir faire et le faire Savoir.
 Domaine de Cadablès : Le Savoir faire et le faire Savoir.
 Domaine de Cadablès : Le Savoir faire et le faire Savoir.
 Domaine de Cadablès : Le Savoir faire et le faire Savoir.
 Domaine de Cadablès : Le Savoir faire et le faire Savoir.

                       Domaine de Cadablès : Le Savoir faire et le faire Savoir.

 

En forme de jeu de mot cette formule bien connu et un dilemme pour nous, vignerons, qui vivons de fait à l'écart des grands axes. De notre campagne où nous nous évertuons à produire fin, à produire bon, à produire respectueux, à produire sain.

 

Des années de travail, d'interrogations, de doutes, de joies immense. Ce métier en forme de grand écart émotionnel remplit l’Âme au quotidien tant on y est investit Un rythme de vie, une quête de sens vers l’intérieur.

 

Et pourtant il faut s’extérioriser. Allez vers vous, vers le consommateur, vers l'épicurien, l’hédoniste. Venir vous parler de nos absolus. Trouver les mots, trouver les oreilles pour être entendu. On s'y attise depuis maintenant 7 ans, souvent avec succès, parfois par des chemins tortueux où l'on rencontre aussi des marchands du temple peu enclin à nous soutenir dans nos aventures vigneronnes. On trouve le plus souvent par les routes, par les visiteurs ici, à Cadablès, un écho très positif à notre travail. Des gens formidables, chaleureux, sensibles à nos accords majeurs. C'est rassurant et enthousiasmant.

 

Depuis nos débuts nous communiquons notre existence. Nous avons du succès, commençons à avoir une réputation, voir une ''aura''. Nos clients se fidélisent et sentent bien la vérité qui nous anime à travers nos vins qui parlent de Languedoc, d'engagement, de sincérité.

Et ainsi, nous en sommes venus de temps à autre à parler sur notre blog de nos pérégrinations. Nous le faisions souvent à la sauvette, entre la cave, les vignes et les voyages. Toujours pris dans ce ballet ininterrompu du quotidien paysan.

 

Dans un premier temps des amis, ensuite des clients et, désormais des inconnus se sont intéressés à nos écrits et ont même insisté afin que l'on en fasse plus. Nous qui pensions éveiller un intérêt relatif , nous voilà, en quelque sorte, adoubé par nos lecteurs nous demandant de leur raconter notre quotidien paysan, la terre, le ciel, les vignes . De leur parler de nos humeurs à travers nos chroniques et, de leur définir à travers le lexique vigneron, qui s'enrichira au fil du temps, le langage à la fois authentique, haut en couleur et technique que nous employons dans notre métier.

 

Nous allons vous raconter notre aventure vigneronne plus avant en nous y collant plus sérieusement.

 

Pour cela nous avons remanié notre blog et vous invitons à le découvrir en espérant que vous aussi, vous prendrez un certain plaisir à la rencontre de cadablès et de son petit monde. Si cela vous sied vous pouvez même vous y abonner, si cela vous charme en parler autour de vous.

 

Le savoir faire acquis depuis 2004, et le faire savoir pour que perdure sous nos cieux une agriculture respectueuse de la terre et de l'humain qui la pratique dans l’éthique, la passion et la détermination.

 

Bien à vous tous et merci à chacun de nous permettre de le faire savoir car c'est juste essentiel.

 

Christine et Bernard Isarn vignerons indépendants Domaine de Cadablès

34 – Gabian - Languedoc

 

                          http://domaine-de-cadables.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost0
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 05:49
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.
Methodes culturelles, methodes culturales et tout ce qui s'ensuit. Histoire d'agro écologie.

Aujourd’hui, mieux campés sur nos terres, nous nous sommes ouverts à la culture car le vin est un esprit et l’entourer de beau est essentiel. La soirée d’opéra sous la lune, les amis corses venus chanter ici, les vendanges nocturnes au piano ou à l’orgue de barbarie, les concerts d’été ne nous ont pas fait oublier l’aspect cultural de la chose.

 

Métier éclectique : culturel et cultural. C’est en observant, en reniflant, en touchant qu’une évidence nous ait apparu. Travailler naturellement, aider, souligner, renforcer l’équilibre existant afin de laisser vivre le système pour qu’il nous délivre le meilleur.

Des raisins à l’état optimum, au paroxysme de leur forme, à la maturité complexe, à l’équilibre satisfaisant pour donner des vins fins, des vins différents, peut- être plus profonds, plus digestes, dès vins qui vous apportent un supplément d’âme, un « je ne sais quoi » de différent comme une étincelle de folie dans un monde technologique, standardisé. Une tache rouge dans le gris ambiant. Une tache rouge indélébile.

 

Le Domaine de Cadablès, sis sur un volcan, est principalement composé de terrasses qui s’étagent plein sud, surplombant la plaine. Au pied, le mas traditionnel abrite le chai. Vingt- cinq hectares de bois, de landes, de friches, de champs dont sept de vignes que nous cultivons dans le respect de l’environnement. Depuis longtemps nous travaillons en bio. Depuis cette année nous nous engageons vers un label reconnu, ainsi avons-nous préféré nous « purifier avant de rentrer dans l’église ». Et puis il nous fallait du temps pour absorber, pour ingérer tout ce système administratif et légal si complexe et retors qui use plus qu’on ne le croit. Qui empêche, qui surveille, qui scrute, qui tranche, qui inspecte, qui juge, qui interdit, qui désespère… Mais fi des paperasses, revenons à nos cultures.


 

Très vite, nous nous sommes penchés sur le concept d’agro- écologie, l’intégration de la vigne dans un ensemble afin de trouver une cohérence. Les vignes ceintes de nos terres, nos landes, nos bois poussent dans un espace protégé où nous avons banni tout intrant chimique en utilisant uniquement des traitements et des amendements autorisés en agriculture biologique.


 

C’est avant tout un ensemble que nous gérons et nous favorisons la bio-diversité en plantant de nouvelles essences, en gardant les haies, et, en éradiquant, mécaniquement, la mauvaise herbe uniquement où cela est nécessaire car on le sait, chaque essence favorise une vie intrinsèque qui équilibre le tout. Friches fleurie, eucalyptus, bientôt des fruitiers donnent une allure plus poétique à la chose et le regard au quotidien n’en est que plus flatté. Dans le fond des dizaines de plantes croissent sur la colline. Sauvages ou cultivée elles apportent au paysage senteur, équilibre et beauté… Les points d’eau aménagés ou naturels, rappellent que sous le volcan la nappe phréatique est bien là. Richesse sudiste absolue l’eau du calcaire rejaillit en des endroits secrets où les soirs d’été les croassements font écho aux hululements. Oiseaux, insectes improbables, venus d’on ne sait où, comme preuve tangible d’un équilibre sauvegardé.


 


 

Le sol : phénomène complexe vivant - pour peu que l’on ne l’ait pas tué – est rempli d’une vie incroyable de micro-organisme, de vers, de bactéries mieux décrite que je ne le fait par des scientifiques bien renseignés sur le sujet… Nous, c’est à la fois à l’instinct, à l’atavisme, en écoutant, en questionnant, en lisant, en étudiant que l’on comprend comment améliorer cette usine à vie, comment réinsuffler cette énergie vitale pour une vigne les pieds sur terre. Retrouver finalement une culture oubliée par une ou deux générations de chimistes inconditionnels. La chance a sourît aux débutants que nous étions, lorsque nous avons acheté Cadablès en 2004, les vignes étaient plus ou moins à l’abandon car l’ancien propriétaire préférait les joies de la bohème à celle du travail et avait toujours cultivé de manière plus ou moins sensible à l’environnement.


 

Ce merveilleux métier est école de patience. Un laisser venir pas un laisser-aller. On observe, on se questionne et les hasards, pourvoyeurs de bonheur, nous font rencontrer une foultitude d'humain sympathique aux d'idées iconoclastes. Pierre, notre fils, vient d'installer, avec  l'aide de ses fréres un troupeau de vaches qui paît l’hiver dans les vignes (tondeuse à l’avant épandeur de fumier à l’arrière) et l’été dans les champs. C’est aussi dans l’humain que l’on avance au quotidien, pas à pas, en confiance.


 

Les vaches, les veaux d’un côté, l’âne et les juments de l’autre, les volailles au milieu donnent au tableau une idée de nature vivante. Entretien animal de nos vignes. Il ne manquerait que des moutons et un berger dans le secteur proche. Il y a un potentiel terrible et nous nous chargerions, si tant est qu’un candidat surgisse, de convaincre les édiles panurgiques d’aller dans ce sens. Le sens du positif, le sens de la vie, le sens de l’évidence. Dussions nous allégrement leur mettre la pression L’idée est lancée : avis aux amateurs…


 

C’est avec l’ami Pierre et l'ami Alain, compagnons fidèles, que nous avons rajouté les abeilles. Férus d’apiculture et initiateurs, il nous ont installé quelques ruches pollinisatrices au-dessus du nouveau « terret ». Leurs visites donnent lieu à des initiations apicoles, à des échanges fructueux sur l’équilibre global, à des dégustations grisantes où l’on revisite l’agriculture version paysanne, environnementale, humaniste, amicale et joyeuse. Le sens de l’humain au travail, le sens de l’intelligence de la main… Et Dieu sait si l’ami Pierre et l'ami alain s’y entendent.


 

L’ami Jean Louis, dit « l’expert Fouzilhon », jamais très loin, science paysanne locale, toujours debout, nous apporte en dehors de sa joie de vivre, de ses expressions occitanes, une véritable expertise empirique héritée de tant d’année à côtoyer le paysage.


 

Et le clan ? Au plus proche de l’aventure, nos enfants et leurs compagnes si soudés, si solidaires. Quatorze mains assidues toujours promptes à aider, à soutenir. Sept têtes en réflexion. Sept caractères en action pour le dessein global. Enguirlandages récurrents à l’aune de nos feux intérieurs rééquilibrés par l’immense bonheur d’être ensemble pour une cause commune.


 

L’agro écologie commence ici par les gens, les amis, les copains car faute de moyens financiers débordants nous nous sommes toujours tournés vers des richesses parallèles. Chacun vient ici donner, puiser et repart vers sa vie, puis repasse à son gré faire une bise, un salut, prendre des nouvelles. Cadablès, comme une ile, un foyer bien ardant. Le partage, l’entraide, le soutien, le conseil comme antidépresseur systématique.


 

Trombinoscope non exhaustif de notre petit monde créé sur mesure. Pour dire, il y a aussi des Parisiens, un Québécois qui use de sa faconde pour nous commercialiser à « la capitale « et des Suisses, et des Belges, même un Ricain et j’en passe… Le spectre est large. La galerie Cadablésienne s’enrichit chaque année de nouveau membre qui apporte au système, qui y puise aussi à l’instar de nos wwoffers venus de partout.


 

Les quelques têtes décrites ici ne sont qu’une partie d’un ensemble. La partie culturale. Peut-être devrais-je vous présenter aussi la partie des amis artistes plus éthérés venus maintes fois nous encourager dans nos pérégrinations. Mais pour l’heure nous parlons agro écologie, de façon culturale. Il va falloir aussi, un jour ou l’autre, que le Grand Manu, ami et soutien historique inconditionnel de nos balbutiements viniques, nous forme à l’alchimie de la bio-dynamie. Cela viendra peut-être via nos enfants… Cette entreprise : c’est une vie, me disait dernièrement Christophe, collègue châtelain.


 

Devant le temps qui court sans cesse nous mettons en place à Cadablès un système durable et produisons essentiellement du vin in situ. Un peu d’huile d’olive, un potager, des œufs, des volailles destinés seulement à notre consommation…


 

L’aspect cultural dans le but de produire du bon. C’est toujours difficile de dire que ses vins sont bons, on a du mal. C’est un peu comme ses enfants. Une pudeur s’installe lorsqu’on est tant engagé. C’est les autres qui en parlent le mieux. On ne fait que répéter leur avis. Etudiés depuis cette année à l’école hôtelière de Lausanne, adoubés par des chefs de talent, par de grands guides, exportés outre atlantique et en Europe, nos vins nous racontent la satisfaction de leurs buveurs.


 

Nos événements au Domaine nous font rencontrer tout ce monde. Echanges prolixes qui redonnent sans cesse la foi, qui recentre la voie. En définitive il y a toujours au bout du bout un quidam qui boit un verre et y prend du plaisir ou pas. C’est le sens de notre métier : donner du plaisir aux gens et pour cela il faut en prendre en fabriquant. C’est chose faite. Dans le respect, l’éthique, l’humain mais aussi, en prenant tous les « chemins à l’envers ».


 

Tout naturellement…


 

Bavardages incessants de vignerons enflammés capables d’user et d’abuser de la liberté que nous donne ce blog.

Concluons prosaïques : si l'envie de nous visiter vous taraude, n'hésitez pas, appelez, on vend du vin, ça tombe bien...

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 17:52

                                             Entre nuit et jour nous avons commencé par le rosé sans transiger à la tradition : en musique. Cette année ce fut l'ami fredouille venu nous acoquiner avec son orgue de barbarie pour des instants fragiles et émouvants. Tous reprenant en cœur les vieux morceaux pour accueillir le 2015 qui aujourd'hui frémit dans la cuve.

                                            Instant de poésie, de plénitude, d'amitié en cette fin de nuit entre ombre et lumière en Languedoc, à Cadablès.

                                           Nadine au photomaton, Camille à la pellicule, les copains aux sécateurs pour finir autour d'une table joyeuse lorsque le soleil montait au zénith....

                                           Bientôt la suite des événements avec les rouges. Comment ne pas perdre la tête devant...

                                          Mille merci à tous d’être là, simple et joyeux pour aider à faire perdurer une certaine conception du vin.

 

 

 

 

Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès
Entre nuit et jour : ban des vendanges à cadablès

Partager cet article

Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 05:36

Interrogé dans un bar parisien par un ami journaliste urbain sur l'épineux sujet des traitements phyto pharmaceutiques je ne savais par quel bout prendre le problème. D'autant que la question venait, certes d'un pro, mais peu expert en agriculture, en tout cas curieux et apte à un certain recul.

Tient, je vais prendre les chemins à l'envers pour lui raconter..

 

L'autre matin j'étais en tracteur. Le rythme lent et la redondance du moteur sont propice à la reflexion. Il faut toutefois prendre garde à ne pas partir trop loin. Attirré par une cigale qui vint heurter mon nez et qui rebondit dans l'habitacle faisant office de cabine de mon vieux tracteur, mon attention fut attiré par une fourmi sur le marche pied, tandis qu'un papillon, au dehors, voletait autour d'un lentisque. Et puis j'imaginais tout ce que je ne vois pas, grouillant de vie du sol au plafond.

La biodiversité : ce doit etre cela, elle est là. On la voit, on la hume. L’environnement est vivant. Fourmillement, vrombissement, organisation millénaire.

Tient des abeilles.

 

A force d'entétemment répétés, nous avons voulut à Cadablès améliorer la biodiversité existante sur ce site unique dans l'idée d'y vivre, d'y produire du vin qualitatif, et en substance une partie de notre alimentation. Et, comme préalable, encourager la vie dans le respect de la chose. Améliorer l'ensemble peut il permettre de faire des vins meilleurs ? Nous le pensons,. Nous avons sur le sujet un peu lu, vu, entendu, échangé. A voir, en tout cas enthousiasmant comme un défi.

Plusieurs initiatives sont mises en place. Assez empirique dans le fond. De l’observation, de la bonne logique de terroir. Nous ne serons pas ici exhaustif d'autant que les idées naissent le long du chemin.

Revenons à nos moutons. Non atteint de panurgisme l'ami se demandait l'impact des traitement chimiques. La réponse fusa : molécules de synthèses agressent, déséquilibrent, stérilisent un environnement mis sous perfusion. Nous refusons et préférons la solution plus " douce" : souffre et sulfate de tradition.

Des animaux réintégrés l'été dans les champs, l'hiver dans les vignes. Vaches Jersiaises, chevaux, ânes, poules , oies.

Tient cela me rappelle une histoire qui finit mal. On la réécrira au besoin.

 

Des végétaux plantés ici ou là, des haies conservés, et la mauvaise graine parfois entretenu. Des points d'eau, des abeilles.

On y croise au hasard des balades lapins, faisans, lézard vert, sanglier tôt les matins d'été, coccinelles, lombrics, et tout une foultitude de vie en mouvement.

Au printemps l'herbe coupé sous les pieds avec pioche, débroussailleuse en attendant des outils plus performants est un engagement.

Méthode douce décrite avec nos mots. Des récoltes très modérées. La vie est là prés des points d'eau, dans les sols, sur la terre, dans le ciel. Dans le fond tout est simple, on l'oubli, souvent, trop souvent.

L'espoir renaît d'une agriculture respectueuse, humaniste. On y travaille à notre niveau. La question est complexe car l'homme est divers. On y répond par nos initiatives qu'en infime partie.

Le visiteur apprécie semble t il, il faut venir vers nous. C'est un esprit.

Ais je répondu à la question si complexe de mon ami ? Je ne sais pas ? Il suivra les quelques pistes que je lui ai donné, il en interrogera d'autres avec, forcement, des avis divergeant et il se fera son idée sur le papier. Nous, notre vocation c'est terrien. Terriens engagés.

Tient un colibri. Pas mal.

Cigales, fourmis et papillons...

Partager cet article

Repost0