Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2021 3 07 /04 /avril /2021 08:25
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.
Plantation.

Plantation.


Un hectare est un carré de 100 mètres sur 100 mètres lorsqu'il est carré bien évidemment ! S'il est rectangle, parallélépipède on s'adapte afin de retomber sur nos pieds. Ainsi cent mètres sur cent mètres font dix mille mètres carrés et dans nos campagnes nous parlons plutôt en ares et en hectares. L'are vaut un centième d'hectare soit cent mètres carrés et le mètre carré devient alors centiare.


Déjà vous en savez plus que certain ministre !

Ce terrain parfois pentu, caillouteux, terreux, pour nous en l'occurrence argilo-calcaire-basaltique est préparée en circonstance afin d'accueillir la nouvelle vigne, la nouvelle plantation. Ripage en profondeur ou des dents d'environ quatre-vingts. centimètres pénètrent le sol, tirées par un tracteur conséquent afin de décompacter. D'autres techniques existent mais ici l'idée, en agriculture biologique, est de ne pas retourner les sols afin de ne pas détériorer la vie aérobie, anaérobie. Le champ, en tout cas le notre, est reposé de toute vigne depuis plus de vingt ans et a accueilli durant ce repos, ânes, chevaux et vaches qui ont paissé l'herbe venue.

Car un sol vit comme chacun le sait, en espérant que le ministre le sait aussi, ce qui n'est pas si sûr. Longtemps le sol a été considéré, par les plus savantes institutions, comme un substrat sans vie que l'on pouvait utiliser à sa guise, et le respect était alors relégué au énième niveau. Longtemps ? Il n'y a pas si longtemps d’ailleurs. Chez beaucoup encore plane le doute. Cette idée nouvelle, cette lumière céleste n'a pas encore éclairé toutes les compréhensions et nombre de professionnels retors, laboureurs invétérés, restent destructeurs à grande échelle de biodiversité.

Abandonnons ver, micro-organisme, champignon en tout genre pour revenir à nos moutons. Ainsi le sol décompacté et aéré est aplani, arpenté à l'aide de roseaux, de repères, de fils de fer, de cablettes jaugées, de mètres, de décamètres et de grattages de tête . Mesuré, trigonométré avec l'aide de Pythagore afin que ne parte dans tous les sens la future plantation. La vigne aime l'alignement, le rang et contraint le vigneron à la rigueur presque militaire lors de sa création. Les maths précèdent la poésie pour poser un décor de rigueur avant de pouvoir exprimer la sensibilité de son vigneron. C'est le corps noué des souches vieillis plus libre, insoumises, les racines bien droites dans un sol vivant qui pourra exprimer toute sa nature en poussant vers le ciel ses sarments vigoureux.


Le sol arpenté, mesuré, repéré jusqu'au dernier centiare est troué au plantoir, à distance régulière afin que le planteur y dépose le plan de vigne soudé-greffé commandé préalablement au pépiniériste. Je passe les détails techniques pour ne pas alourdir, pour garder du mystère, ne pas ennuyer et ne pas trop rencarder le ministre afin de garder un peu d'indépendance. In fine un arrosage sous pression est nécessaire pour praliner les racines du plan et démarrer sous les meilleurs augures . Nous en avons posé deux mille huit cents sur soixante ares.


Les plans sont posés dans le sol, les uns derrière les autres, rangées après rangées et lorsque le soleil monte au zénith les gosiers asséchés, les appétits ouverts espèrent la sacro-sainte pose du midi où le ploc du bouchon récompense les amis. Les rires joyeux fusent et l'on parle cépage. Le cépage est l' âme du plan de vigne en quelque sorte. Ici il y en a deux : sincaut et aramon. Traditionnels, enracinés, adaptés, pour aller chercher profond la quintessence de la terre, des cailloux, des éléments et créer l'alchimie complexe d'un futur vin imaginé par les vignerons.


On retrouve beaucoup le sincaut en culture méditerranéenne. Cépage trop souvent vinifié en rosé qui donne des rouges légers… Sans être dénués d'intérêt l'aramon quasi abandonné donne de grosses baies caractéristiques et dès lors qu'il est bien mené et maîtrisé des vins fruités, peu concentrés. Il surprendra plus d'un sommelier, si tant est que ces derniers aient la vertu de bien vouloir sortir des sentiers balisés.

L'aramon à l'instar du Terret blanc ou gris fut longtemps cultivé en Languedoc mais dans le seul but de faire des rendements hors pair bien peu garants du moindre niveau de qualité. Ces cépages sur des coteaux peu productifs, évidemment cultivés en bio, donneront à coup sûr des vins de soifs, des vins d'amis, des vins qui permettent aussi de refaire le monde aux repas de midi avant le recul nécessaire de la sieste. Des vins d’instants, d’épicuriens. Des jus évoquant une robe légère, une brise soudaine. Car il y a tout cela dans le vin que l'on croit parfois petit. Les Terrets par exemple déclinés chez nous en blanc en ont surpris plus d'un par leur caractère, leur complexité, leur buvabilité et un caviste Belge - qui n'a pas la papille orientée par ses annonceurs a cru bon d'en parler comme d' un grand vin.

Les aramons et les sincauts garde légère de notre armée se boiront dans les deux ans au bord d'une rivière, sur une nappe à carreaux, la bicyclette jetée dans les buissons. C'est joyeux comme un printemps précoce, comme un espoir de congés payés.

Voilà tout ce dont à quoi l'on pense le dos courbé, le plantoir à la main car il faudra au moins trois ans avant les premières gouleyances. Trois à quatre ans de patience, de taf sur la parcelle plantée en gobelets traditionnels pour faire comme avant. Avant l'invasion des sauterelles mécaniques vendangeuses où la main apportait son parfum, avant l'omniprésence de la chimie débordante assurant la récolte en dénaturant toute perspective de naturel.

Du haut de nos coteaux surplombants la plaine on plante des raisins. Une ode à l'horizon comme on porterait un enfant à bout de bras.

Partager cet article

Repost0

commentaires

P
Toujours autant de poésie dans tes blogs pas étonnant que ton vin chante et nous raconte de belle histoires !
Répondre
C
Merci Philippe de m'écrire du bout du monde. J'essai en effet de transmettre, avec des images, le ressenti du quotidien à la vigne, du quotidien à la vie. A bientôt ici où là.