Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 08:16
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.
CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.

 

CNRS, sismologie et grandes questions en dessous du volcan.

 

 

Il y a des questions que le commun des mortels ne se pose pas, des interrogations qui semblent réservées à d'autres plus brillants, plus perchés, passionnés par des sujets sur lesquels nous n’envisagerions pas d'occuper un seul de nos neurones.

 

Et pourtant, force est de constater que ces questions sont essentielles.

 

Qu'y a t il à 100 km sous nos pieds ? Les pieds sur terre la tête au ciel et si nous descendions en profondeur, bien en dessous des racines de la vigne, dans le terroir, au cœur des choses. Voyage bien curieux.

 

C'est l’objet d'une étude très sérieuse menée par le CNRS, à travers le projet AlpArray pour laquelle nous apportons notre modeste mais appréciée contribution. 2 m2 de terrain sis à Cadablès, une ligne électrique et des coups à boire avec les scientifiques afin qu'ils nous expliquent le pourquoi du comment.

 

Nous avons rencontré les " professeurs Tournesol" du CNRS, de Sofia Antipolis qui ont posés non loin du mas, en pleine garrigue sur les pentes odorantes du volcan une station sismologique qui renvoie à leur laboratoire des informations sur les ondes telluriques. Ceci afin de voir ce qui se passe sous les Alpes : Sous les Alpes ? Vous m'avez bien lu braves gens.

 

Explication :

 

Voilà bien longtemps, mais alors longtemps, 60 millions d'années, un océan séparait l’Europe de l’Afrique ( La Téthys). Cet océan à progressivement disparu et la tectonique des plaques, au fil du temps, à modelé nos paysages.

 

Des forces titanesques en action, à tel point que les Alpes jaillirent. Difficile à imaginer un choc de continents, long, et brutal, avec ça et là un peu de magma et des volcans...

 

Histoire fabuleuse de la géologie que des experts étudient à la recherche d'indices enfouis sous la chaîne parfois à plus de 100 km de profondeur.

 

Pour ce faire, une myriade de station, installées de Cadablès aux Carpates ou presque, en passant par la Ligurie et la Bohème, et en redescendant, en Méditerranée (des stations sous-marines, mais oui...), écoutant, auscultant, le moindre tremblement, la moindre onde afin de déterminer en croisant des centaines de milliers d’informations, comment est constituée la Terre sous les alpes.

 

Aussi incroyable donc que cela puisse paraître aux néophytes, le projet AlpArray écoute de Cadablès et depuis quelques 600 autres points dispersés dans 9 pays, les ondes sismiques qui se propagent dans le sous-sol, afin d'établir la tomographie des alpes. Les vibrations du sol, les tremblements de terre, les grondements sismiques générés de façon continue par les tempêtes océaniques émettant des ondes à travers le monde, qui voyagent sous la surface de la Terre. Une sorte d'adsl tellurique, un wi-fi souterrain. Nous voilà tous solidaires.

 

Et au bout du bout, les géophysiciens et les géologues déduisent de cet espéranto ondulatoire la nature des sous-sols afin, entre autres, d'anticiper les mouvements sur Terre et en l’occurrence, pour cette étude, ceux des Alpes.

 

 

Un boîtier bourré d’électronique est installé sous un olivier loin des passages de tracteurs et de véhicules trop vibrants, en pleine nature. Le sismomètre (capteur), enterré dans un regard d’environ un mètre de profondeur enregistre les mouvements du sol les plus imperceptibles (de l'ordre du 1000ème de millimètre) et la station disposée juste à côté envoie les signaux par d’autres ondes : celles des réseaux téléphoniques. C'est dire à quel point nous marchons autour sur la pointe des pieds, en chuchotant pour ne pas affoler les capteurs sensitifs !

 

 

Ces apartés géologiques nous remémorent notre propre histoire. Le volcan surplombant le mas est lui, âgé seulement de 750 000 ans, époque à laquelle il déversait ses laves incandescentes sur un sol déjà argilo-calcaire pour donner une complexité supplémentaire.

 

Le premier type de terres est donné par des dépôts de grès, calcaires, dolomies, argiles et éléments divers venant de l’érosion de l’antédiluvienne chaîne hercynienne . On est au début du secondaire, il y a près de 200 millions d'années, au moment où les premiers dinosaures foulaient la vase aux alentours du Salagou tout proche (Clermont l'Hérault, Lodève). Ces dépôts de mer peu profonde ont donné des sédiments oxygénés, légèrement acides, riches en Calcium, Magnésium, Silice, Aluminium, reflétant par leur diversité en éléments la variété du massif hercynien de la montagne noire.

 

C'est ensuite, et même bien longtemps après, que naquit le volcan...

 

Dans la continuité de la chaîne volcanique Auvergnate quelques petits volcans parsèment en effet le Languedoc jusqu’aux aux rivages marins. Les églises, les centres villes, les monuments témoins de la géologie locale volcanique drapent de noir au bord de l'eau nos cités balnéaires.

 

Colline plate en quelque sorte le volcan de Cadablès ( catapulte) à laissé choir sur le terrain diverses pierres volcaniques et poussières basaltiques constituants essentiels de la complexité des sols. C'est une chance, un don du ciel de cultiver à l'ombre d'un volcan.

Des millions d'années donc pour constituer un amphithéâtre dans lequel aujourd'hui un dessein appairait dans l'équilibre de la biodiversité. Défi permanent et essentiel de reconstruction paysanne quelque part sur la Terre. Nous ne sommes pas les seuls assez idéalistes pour tenter, retrouver ce qu'une génération a oublié, a laissé perdre.

 

Point ridicule, minuscule sur la carte mais existant et réel à l'abri d'un volcan et résolument tourné vers la Méditerranée.

Point de ralliement d'un clan, point d'ancrage d'idées , point de rencontre, point d'espoir, point du jour...

 

Point cardinal ?

Point un monde ?

Poings fermé !

Point à la ligne.

 

...................................

 

N.B : Merci à Jean Xavier Dessa ( sismologue au CNRS) de sa collaboration pour l’écriture de cet article.

Partager cet article

Repost 0
Published by cadables
commenter cet article

commentaires

berdeil henri 24/07/2017 11:10

Excellent article. Mais pour ma part, j'aurais remonté, pour commencer le dernier paragraphe : Point un Monde ?, point cardinal ? ... point ridicule ? minuscule sur la carte... etc.
Et terminer par un signal fort... Point fermé ! Point à la ligne. ça aurait dit, ce que ça veut dire... Sinon il n'était pas utile d'ajouter dans l'énumération : point fermé... A moins que je m'égare dans mes pensées.

cadables 24/07/2017 12:01

Je l'ai simplement senti autrement et puis ça sort ainsi du vigneron. Es-ce venu à point nommé ? on dirait presque du Bobby lapointe. Manque plus que la musique. En tout cas merci du compliment.

Présentation

  • : Le blog de Domaine de Cadablès vigneron indépendant
  • Le blog de Domaine de Cadablès vigneron indépendant
  • : vigneron indépendant en Languedoc nous vous présentons ici notre Domaine et nos activités. Vins, vigne, maison de charme dans Domaine viticole ( location estivale).
  • Contact

Recherche

Liens